The Gear I Love

Mes coups de cœur : les essentiels d'été d'une grimpeuse

D’entrée de jeu, je peux dire que j’adore l’équipement et encore plus les vêtements. Je les aime pour leur allure et leur confort. J’aime quand ils sont fonctionnels et qu’ils m’aident à mieux performer. En tant que grimpeuse et skieuse, je porte très souvent des vêtements techniques, alors je n’ai aucune tolérance pour les chandails peu flatteurs et les pantalons qui pochent aux fesses.

J’aime créer des ensembles de vêtements et d’équipement plutôt que de choisir des morceaux au hasard. Ainsi en prévision de l’été, je me suis créé des « kits » pratiques pour mes activités de prédilection : séances d’escalade près de chez moi, à Squamish, et plus tard en saison, sorties en milieu alpin où je me déplace rapidement.

ENSEMBLE POUR L’ESCALADE

Les vêtements que je porte pour grimper doivent être pratiques, fonctionnels… et beaux.

The Gear I Love

LE HAUT

En général, je suis une personne qui dégage de la chaleur (une façon polie de dire que je transpire beaucoup), alors je grimpe presque exclusivement en camisole. Cette année, j’ai découvert la camisole Sequence dont le tricot jersey est doux comme du coton, mais fait de polyester performant. L’étoffe présente des microperforations, ce qui lui donne de la texture.

Sarah Hart Mar 27-4

Pour assurer à l’ombre d’un arbre ou pour me réchauffer, je porte le chandail à capuchon Campfire. Mon amie Sheri n’a pas tort de le surnommer « Snuggie ». Enfiler ce vêtement, c’est comme s’envelopper dans de la ouate. Les couleurs sont superbes et il comporte quelques caractéristiques importantes : il est extensible et polyvalent, en plus d’être fait d’une étoffe technique. C’est également un vêtement que je peux porter pour me balader en ville, ce qui est essentiel à mes yeux.

Sarah Hart Mar 27-5

LE BAS

En ce moment, mon pantalon préféré est sans contredit le Sanchali. Il ressemble à un jeans, mais convient parfaitement pour l’escalade. C’est le meilleur exemple d’un mélange réussi entre fonctionnalité et mode urbaine. Il me rappelle un pantalon français incroyable que j’avais vu à Chamonix (une coupe flatteuse et préformée pour l’escalade, à un prix qui dépassait de beaucoup ce que je pouvais me permettre). Alors j’étais vraiment contente quand j’ai appris entre les branches que les designers de MEC avaient en tête de créer un modèle similaire. Je dois ajouter que l’ourlet élastique est un atout très important pour un pantalon d’escalade. Rien n’est plus agaçant que de se fatiguer à essayer de crocheter ou de trouver une petite prise de pied parce que le bord de votre pantalon s’accroche dans la roche.

ENSEMBLE POUR L’ESCALADE EN MILIEU ALPIN

Le facteur d’engagement est plus grand lorsque vous êtes à 10 longueurs du sol sur une voie en milieu alpin, et que vous en avez 10 autres à grimper pour atteindre le sommet. Il est primordial de pouvoir rester sur place si la météo se détériore soudainement ou que vous vous faites prendre par la tombée du jour.

The Gear I Love

LE HAUT

Je porte le soutien-gorge Intensity sous mon chandail T1 à manches longues. La gamme de vêtements T1 me sert fréquemment pour les activités intenses par temps froid, comme l’escalade en milieu alpin et le ski. Même lorsque je sue beaucoup à l’effort, l’étoffe sèche rapidement quand j’arrête de bouger, ce qui me permet de rester au chaud. Et le très joli motif floral me plaît beaucoup. Je porte toujours un simple maillot à col rond et manches longues pour éviter de me retrouver avec trop de tissu autour du cou quand j’enfile des vêtements chauds. Donc, si je porte un maillot à col rond, je peux ajouter une couche intermédiaire sans risquer d’étouffer à cause des trop nombreux cols.

Ma couche intermédiaire me sert aussi parfois de couche extérieure. Le chandail à capuchon Obsession est légèrement isolant et il est fait de l’étoffe extensible Schoeller, qui protège contre les intempéries. Il comporte un isolant placé à des endroits stratégiques sur la portion supérieure des bras et de la poitrine pour m’aider à rester au chaud pendant que j’assure. Des panneaux non doublés en Schoeller protègent les zones sujettes au frottement comme les avant-bras et les épaules.

Pour ne pas être prise au dépourvu, j’apporte également mon manteau Spicy. Il est vraiment léger, et il s’enfile par-dessus à peu près n’importe quoi pour me garder au chaud pendant que j’assure, ou (espérons que ça n’arrive jamais) dans le cas où j’aurais à passer la nuit suspendue à un relais. J’ai deux manteaux Spicy : un qui est ajusté et l’autre, un peu plus grand. Je porte habituellement le plus petit par-dessus un simple t-shirt, et le plus grand s’enfile bien sur une couche de base et une couche intermédiaire lorsque je suis au relais.

LE BAS

Le Constantia est le pantalon le plus léger que je me permets de porter pour l’escalade en milieu alpin. Comme je ne peux pas mettre de caleçon long en dessous, il me sert surtout par temps chaud. Polyvalent, il convient tant aux sorties alpines qu’à une journée à la paroi, et même à une séance de bloc. Ce pantalon est une autre innovation de MEC, un produit unique. C’est un vêtement technique fait de coquille souple, mais à la jambe étroite. Le Schoeller, une des étoffes les plus largement reconnues et appréciées sur le marché, est extrêmement robuste et parfaitement extensible. C’est un peu comme porter un collant résistant aux déchirures dans les montagnes.

ACCESSOIRES : GANTS, CASQUE, HARNAIS

Gants en nitrile 370 de Atlas : mon bon ami Dan, un grand expert de l’équipement alpin, a découvert ces gants conçus à l’origine pour les pêcheurs. La paume est extrêmement adhérente, ce qui en fait un super choix pour grimper des longueurs faciles quand j’ai les mains gelées en début de journée. Ils sont ultralégers, et assez abordables pour que je ne me sente pas coupable d’en utiliser une nouvelle paire à chaque sortie.

Casque Sirocco de Petzl : pour les ascensions rapides sous le signe de la légèreté, aucun casque n’est plus approprié et plus durable que celui-ci. Il ne pèse que 165 grammes ! Je l’ai aussi vu reprendre sa forme après s’être fait écraser sous le pied du représentant Petzl. C’est le meilleur casque d’escalade que j’ai eu à vie. Alors, portez-le et oubliez son allure étrange (soyons honnêtes, il est un peu drôle). 

Petzl Sirocco Helmet

Harnais Hirundos : un autre produit que j’aime beaucoup. Je l’utilise tant pour l’escalade sportive et le trad que pour les voies en milieu alpin. Il représente la parfaite combinaison de confort, de légèreté et de fonctionnalité. Il est poids plume, mais comprend tout de même deux boucles porte-matériel de chaque côté.

CHAUSSONS

Pour l’escalade de voies alpines, je porte habituellement les chaussons Reflex de Scarpa. Grâce à leur forme plate sous le pied, ils restent confortables toute la journée. Lorsque vous choisissez une paire de chaussons pour grimper dans les montagnes, gardez en tête que vous les porterez du matin au soir, en vous coinçant les pieds dans toutes sortes de fissures, et que dès la mi-journée, vos pieds auront déjà doublé de volume tellement ils sont meurtris. Les Reflex sont ultralégers (216 grammes) et simples. Le poids, ça compte, alors choisissez du matériel léger quand vous le pouvez !

Ne vous reste plus qu’à ranger ce matériel et ces vêtements dans un sac à dos léger, à y ajouter quelques collations, un sac à magnésie, une corde et un jeu de coinceur. Voilà ! Vous êtes prêts à partir pour une longue journée d’escalade ou de randonnée technique.

Gear I Love

Un gros merci à l’équipe photo de MEC d’avoir pris ces images artistiques de mes ensembles de matériel et de vêtements ! Moi, je photographie habituellement mon équipement sur le plancher de ma cuisine, et bien que ça donne une touche d’authenticité à l’image, ça ne rend pas hommage aux vêtements, avec ma cuisinière sale en arrière-plan.

Sarah Hart
Sarah Hart

Ambassadrice MEC et ancienne employée de la coopérative, Sarah est née dans la région du Grand Toronto. Amoureuse d'escalade, sous toutes ses formes, c'est à Squamish qu'elle a décidé de s'établir.