Lettre ouverte aux membres de MEC du chef de la direction David Labistour

Il y a deux semaines, 17 personnes ont perdu la vie lors d’une fusillade tragique et insensée dans une école aux États-Unis. La violence par armes à feu et les questions relatives à l’utilisation, à la possession et à la fabrication responsables de telles armes ont fait les manchettes partout dans le monde. Bien que ces questions ne semblent pas liées à MEC, il est apparu récemment que plusieurs marques vendues chez MEC sont la propriété d’une société qui détient des parts dans la fabrication d’armes d’assaut.

Des milliers de membres de MEC nous ont contactés pour exprimer leurs préoccupations et nous demander d’arrêter de vendre les produits fabriqués par ces marques. Nous avons aussi entendu des membres qui sont d’avis que de telles décisions d’achat devraient être laissées à la discrétion de chaque consommateur et que MEC ne devrait ne pas s’en mêler. Mais le fait est que nous avons été entraînés dans le débat et que, à titre d’organisation constituée de membres, nous devons réagir.

Faire preuve de leadership et tirer parti de la force de notre communauté comptent parmi les valeurs fondamentales de MEC. En gardant cela à l’esprit, nous avons pris le temps d’écouter les points de vue de nos membres, de tenir des consultations internes et de discuter avec d’autres joueurs dans notre industrie. D’après ce que nous avons entendu, nous savons qu’aucune décision ne saura satisfaire tout le monde. Nous nous trouvons au beau milieu d’un débat complexe et très chargé émotivement dont les opinions sont aussi nombreuses que les personnes qui les expriment.

En tant que chef de la direction, ma responsabilité est de m’assurer que nous prenons des décisions éclairées et réfléchies dans le meilleur intérêt de notre coop et d’opérer un changement où cela est possible et cohérent avec notre présence sur le marché.

Après mûres réflexions, nous avons donc pris les décisions suivantes :

  • À partir de maintenant, nous suspendons toute commande passée aux cinq marques que possède Vista Outdoor et que nous vendons (Bollé, Bushnell, CamelBak, Camp Chef, Jimmy Styks). Les stocks actuels demeureront sur nos présentoirs jusqu’à ce que tout soit vendu.
  • Nous allons maintenir nos liens avec ces marques et nos pairs dans l’industrie du plein air en Amérique du Nord de manières qui sont en adéquation avec notre mission et nos valeurs. Nous sommes ouverts à toute possibilité de coopération avec d’autres organisations dans le but de contribuer à établir un consensus quant au potentiel d’un impact social constructif lié à l’approvisionnement.
  • Nous allons approfondir la question de notre responsabilité sociale d’entreprise en nous penchant sur les structures de propriété, plus seulement sur notre empreinte environnementale et l’approvisionnement responsable.

Sur une note très personnelle, nombre d’entre nous provenons de parties du monde où nous avons été exposés directement à l’utilisation et aux répercussions des armes à feu, et je m’inclus dans cette communauté. J’ai servi fièrement dans l’armée et grandi en milieu rural où la chasse était courante. Je peux facilement m’identifier aux membres dans chaque camp du débat. En même temps, mon expérience personnelle m’a fait comprendre le pouvoir de l’engagement qui est, et j’en suis persuadé, la voie vers le changement, aussi difficile soit-il.

Alors, les questions devant nous sont les suivantes : qu’est-ce qu’une coopérative canadienne de commerce de détail forte de plus de cinq millions de membres – une entreprise dont la raison d’être est d’encourager les gens à être actifs en plein air – peut faire pour opérer un changement positif tout en continuant de répondre aux besoins de ses membres ? En même temps, comment agir en tant que catalyseur dans cet important débat tout en maintenant l’intégrité de notre coop ?

J’espère que vous conviendrez que la décision que nous avons prise aujourd’hui est équilibrée et réfléchie et qu’elle nous positionne de façon à encourager une plus vaste discussion dans notre industrie et en Amérique du Nord.

Vos commentaires respectueux et constructifs sur ces enjeux importants sont les bienvenus.

Cordialement,

David Labistour