Mountain Equipment Company
MEC Ambassador Anita Naidu on mountain bike getting air

Anita Naidu

Anita carbure à l’adrénaline. Elle partage son temps entre la montagne, l’Internet et les régions les plus reculées du globe, où elle dirige des projets internationaux de gestion de crises humanitaires.

Il y a dix ans, Anita est devenue la première athlète professionnelle de vélo de descente d’ascendance indienne orientale, et elle a récemment été nommée l’une des femmes les plus aventureuses au monde par le magazine Men’s Journal. Elle est également une humanitaire lauréate de plusieurs prix, une aspirante astronaute, une ingénieure électricienne et environnementale, une éducatrice convoitée en matière de lutte contre le racisme, et une mordue d’escalade et de sports d’hiver.

Anita aime s’entraîner en vue de compétitions de haut niveau. Lorsqu’elle ne fait pas elle-même des acrobaties, elle est l’une des entraîneuses les plus recherchées dans le monde du vélo de montagne. Elle a aidé des milliers de cyclistes, des novices comme des cyclistes d’élite, à atteindre leurs objectifs. Fondatrice et entraîneuse en chef de la Bike Fest Series, Anita est déterminée à éliminer les obstacles à la pratique d’activités de plein air, qu’ils soient de nature socioéconomique, raciale, culturelle, linguistique, athlétique ou géographique, pour les personnes de toute identité de genre.

Elle est une conférencière très populaire : ses ateliers de vélo, projets humanitaires et formations antiracisme ont été présentés dans un grand nombre de publications et de médias partout dans le monde.

« Vous ne changerez peut-être pas le monde, mais quelle personne serez-vous si vous n’essayez pas? »

Instagram : @abrownpanther

Apprenez à connaître Anita

MEC Ambassador Anita Naidu in a blue hike helmet

Peux-tu me donner un exemple de moment en plein air qui a contribué à te définir comme personne?

Le fait d’être devenue la première athlète professionnelle de vélo de descente de mon groupe ethnique a été mon moment en plein air le plus déterminant, et de loin. Je n’avais jamais vu une personne de ma race (et surtout pas une femme!) choisir cette voie, et en l’absence de modèles, il n’y avait pas de chemin tracé pour ce que je voulais faire. Je me suis demandé à de nombreuses reprises si c’était même possible. Mais surtout, le fait d’être devenue la première athlète professionnelle au sein de mon groupe ethnique me permet de partager mes compétences et d’utiliser mon statut de privilégiée durement gagné pour aider les autres à mieux s’intégrer.

Qu’est-ce que tu aimes le plus à propos du vélo de montagne?

Ce que je préfère en tant qu’entraîneuse, c’est d’aider les autres à vivre une journée extraordinaire. C’est un privilège de faire partie de leur vie pour un instant. Je suis vraiment dans mon élément quand je peux les aider à se surpasser et observer leur progression.

MEC Ambassador Anita Naidu with group of women in mountain biking clinic

Quel est ton meilleur truc pour les novices?

N’ayez pas peur de prendre de la place. Le mot « amateur » signifie « personne qui aime quelque chose ». Vous n’avez pas besoin d’être un professionnel ni même d’atteindre un haut niveau pour vous considérer comme un cycliste. La seule chose qui compte, c’est d’aimer le sport.

Quelle pièce d’équipement a eu le plus grand impact pour toi?

Ma tige de selle télescopique!

Quels facteurs guident tes choix de matériel?

La simplicité, et de loin. Quand je suis dans une situation qui me force à réagir rapidement, j’ai besoin d’équipement facile d’accès et facile à utiliser. Les mécanismes qui se coincent au moindre faux mouvement ou qui sont longs à assembler peuvent transformer une merveilleuse aventure en plein air en opération de recherche et sauvetage.

Anita getting some air mountain biking

Qui t’inspire?

Toutes les personnes qui luttent sans relâche pour leurs idéaux d’égalité absolue, et qui sont prêtes à risquer leur capital sociétal pour atteindre ces idéaux et défendre les gens qui ne font pas partie de leur entourage direct.

Comment le pouvoir transformateur du plein air a-t-il changé ta vie?

La nature nous rappelle à la fois notre valeur et notre insignifiance. Je m’y plonge chaque fois que je dois gérer un dilemme moralement complexe, évaluer les répercussions profondes de mes choix ou prendre des décisions de vie difficiles. Dans mon travail, je dois souvent résoudre des problèmes sous pression, et je me considère extrêmement privilégiée d’avoir accès à des espaces paisibles qui m’apportent de la joie, de l’émerveillement et de la clarté. C’est grâce aux journées passées en montagne que je peux gérer la majorité de mes sources de stress.

MEC Ambassador Anita Naidu snowboarding

Qu’est-ce qui t’apporte le plus de joie?

M’élever dans les airs sur mon vélo, prendre un bain de poudreuse ou faire un bon vieux concours de danse avec mes amies. Les parties de Puissance 4 sont aussi au sommet de la liste.

Quelle est la chose la plus effrayante que tu as faite?

On s’attend souvent à ce que je réponde à cette question en donnant des exemples d’expériences de vie – m’aventurer dans un couloir inexploré, participer à des performances de vélo de montagne devant public avec Nitro Circus, grimper une nouvelle voie en escalade libre, vivre dans des zones de conflits – et ce serait naturel de le faire. J’ai fait toutes ces choses, mais aucune d’entre elles n’était aussi effrayante que d’affronter un système intrinsèquement conçu pour me faire échouer, et de le faire avant que ce soit à la mode ou récompensé. Être activiste avant que l’activisme fasse partie de notre culture est de loin la chose la plus effrayante que j’aie vécue. Aller à l’encontre de certains aspects de la vie en société pour respecter ses plus grands idéaux peut être vraiment terrifiant. Cette façon de vivre m’a demandé beaucoup plus de courage que toutes mes expériences sportives.

Si ta vie avait un thème, quel serait-il?

La défiance, le réalisme idéaliste et un amour profond pour l’humanité. Ce n’est pas parce qu’on ne gagne pas toutes les batailles pour créer un monde meilleur ou pour atteindre l’égalité qu’il ne faut pas continuer de se battre.

Les coups de cœur d’Anita