Alain Simard_Gros Bras, Parc des Grands Jardins

Escalade : le travail dans l’ombre des ouvreurs-équipeurs

Lorsqu’un grimpeur se rend à une paroi développée au Québec, il a la chance de progresser sur un sentier défriché, de grimper sur une paroi équipée d’ancrages et de relais. Mais qui au Québec s’occupe de tout ce travail ?

Il faut savoir que le travail d’équipement, de nettoyage et d’entretien des voies au Québec est largement effectué par des bénévoles appelés ouvreurs-équipeurs. C’est durant leur temps libre et leurs vacances que ces derniers s’occupent de nettoyer les parois, de faire du repérage et d’installer du matériel.

Ils sont en quelque sorte des artistes et des pionniers qui ont la capacité de « lire » le rocher et d’en révéler les plus belles lignes. Ils le font de manière sécuritaire, permettant ainsi aux grimpeurs de la province de découvrir de nouveaux lieux et de pratiquer leur discipline préférée. Ces grimpeurs d’expérience ont fait valider leurs acquis par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME) ou ont suivi une formation précise largement financée par les membres de la province.

Ils connaissent à la fois les manœuvres techniques pour installer les ancrages et maîtrisent aussi depuis longtemps un savoir-faire qui leur permet de révéler la beauté d’une voie et d’évaluer sa difficulté. Certains s’occupent également de rédiger des guides – qu’on appelle des topos dans notre jargon – pour guider les passionnés qui voudront s’aventurer sur un terrain donné.

Les bénévoles n’agissent pas seuls : ils sont aidés par la FQME qui collabore avec les propriétaires de terrains et les responsables des parcs afin de garantir l’accès au site. La FQME fournit également du matériel à la demande et offre des formations aux aspirants ouvreurs-équipeurs afin que l’équipement installé soit conforme aux normes de sécurité.

Lorsqu’un membre de la FQME choisit l’option Accès Montagne, il contribue au financement de l’équipement sur les voies et au soutien des ouvreurs-équipeurs de la province. La FQME ne peut procéder à l’aménagement des parois seule et doit compter sur ces bénévoles de l’ombre qui débroussaillent, taillent et percent la roche, grattent la mousse et la végétation sur le rocher, décident d’une ligne d’escalade et partent à la découverte de parois intéressantes.

Précisons également que toute démarche d’ouverture de voie se fait toujours avec un objectif d’impact minime sur l’environnement et selon un cahier des charges défini par les comités internes à la FQME.

C’est ce travail que nous avons voulu faire connaître par notre concours lancé en partenariat avec MEC en diffusant des photos prises par ces gens motivés qui, partout dans la province, permettent aux grimpeurs de s’adonner à leur passion. Il s’agit d’un ouvrage laborieux de passionnés pour des passionnés, et nous souhaitions rendre hommage à tous ces bénévoles dynamiques.

Aurelie Suberchicot
Aurélie Suberchicot

Grimpeuse d’intérieur, d’extérieur et de glace, Aurélie est également directrice des communications à la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME). Suivez l’actualité de la FQME sur Instagram @fqme_montagne et sur Facebook.