dsc05903

Cinq photographes qu’on aime !

Aaaah le Québec et ses grands espaces ! Ces paysages bucoliques qui offrent la toile de fond idéale pour faire de la rando, du vélo, de la raquette… et de très belles photos.

Certains ont un talent inné pour révéler la beauté des grands espaces. Voici donc les miniportraits de cinq photographes particulièrement inspirants qui savent capter sous leur angle unique des paysages et des gens vivant des instants privilégiés en grande nature. Laissez-vous inspirer par leur fil Instagram !

Alexandra Côté-Durrer (@alexcdphotography)

Adepte de surf et de randonnée, Alexandra aime capter l’authenticité des moments, des personnes ou des lieux qu’elle photographie. Bien évidemment, la nature est pour elle une grande source d’inspiration, mais il y a aussi les gens – particulièrement les entrepreneurs passionnés – qui la motivent à approfondir son travail et à inspirer les autres à poursuivre leurs rêves. Le mont Éléphant et le parc des Falaises dans les Laurentides sont deux endroits où elle se rend souvent pour retrouver le calme et s’adonner à son art. En janvier, elle hisse les voiles vers la Gaspésie, qu’elle n’a encore jamais visitée. Son périple dans la région lui permettra sûrement de nous éblouir encore dans son fil Instagram !

« La vie est faite de hauts et de bas. Mais en restant authentique et passionné, on peut arriver à tout faire. Surtout, il ne faut pas lâcher ! »

Math Sparks (@msparksphoto)

Sortir des sentiers battus… sur les sentiers battus. Voilà l’essentiel du projet photographique de ce randonneur et raquetteur, qui s’en remet à son instinct quand il parcourt des lieux connus à la recherche d’un angle, d’une lumière, d’un point de vue uniques. Exit les règles de composition. Pour Math, on les apprend pour mieux les contourner, voire les briser. L’été prochain, Math chassera les couchers et les levers de soleil d’un océan à l’autre avec sa famille pour mieux revenir à son chalet dans Lanaudière. L’accès aux parcs nationaux du pays étant gratuit en 2017, c’est le moment idéal pour lui d’aller jouer avec la lumière et d’y vivre des instants magiques avec ses proches.

« Les moments difficiles et imprévus font les meilleures histoires et les meilleures photos, et on en apprend bien plus sur soi-même lorsqu’on sort de sa zone de confort. »

Yannick Limary (@yannicklim)

Quand Yannick décide de partir à l’aventure avec ses bottes de rando, sa planche à neige ou ses raquettes – et, bien sûr, son appareil photo –, c’est principalement pour sortir de la ville et respirer l’air pur à pleins poumons. Grand admirateur du travail de Jimmy Chin, photographe et réalisateur, mais aussi alpiniste et skieur, Yannick trouve dans le secteur de l’anse Saint-Jean son terrain de jeu préféré pour le plein air et la photo, plus particulièrement la montagne Blanche pour la rando et le mont Édouard pour la planche à neige. Prochainement, cet amoureux du Saguenay ira faire cliqueter son appareil-photo en Colombie-Britannique. L’aventure se poursuit donc pour Yannick ! Et nous, on continue de le suivre sur Instagram.

« C’est en persévérant que la montagne sera gravie. »

Sophie Corriveau (@sofycor)

Sophie glisse dans la vie comme elle glisse sur sa planche à pagaie huit mois par année. Et quand il fait trop froid, c’est sur sa planche à neige ou ses skis qu’elle explore avec la même énergie fluide les prochains paysages et sujets qui se retrouveront dans son objectif. La nature gaspésienne l’a grandement inspirée l’été dernier, surtout la diversité des cours d’eau qu’on y trouve. L’an prochain, elle transportera sa planche aux Îles-de-la-Madeleine, où elle se lèvera très tôt pour profiter des premiers rayons du soleil sur l’eau calme. Tant mieux pour nous, car nous aurons encore la chance de nous pâmer devant ses images incroyables.

« En faisant ce que vous aimez, vous réveillez le cœur d’autres personnes. »

Mathieu B. Morin (@iamsostubborn)

Biologiste de formation, Mathieu préfère les longues randonnées et le canot-camping pour aller croquer sur le vif ces magnifiques paysages. Il aime particulièrement en faire ressortir les textures. Pour lui, la photo est un formidable outil de diffusion qui lui permet de mettre en valeur les grands espaces, d’inciter les autres à s’y retrouver plus souvent et d’éveiller les consciences sur la fragilité des milieux naturels. Le parc national de la Gaspésie est sans contredit l’un des endroits qui l’inspirent le plus, tant l’été que l’hiver. C’est d’ailleurs dans l’une des vallées de ce parc que sa passion pour la photo s’est développée. Parmi ses prochaines destinations, on retrouve les monts Groulx dans la région de la Côte-Nord.

« La photographie me permet de voir le monde un peu différemment au quotidien et de découvrir de nouveaux horizons, littéralement. »

Vous avez vous aussi de belles photos à nous partager ? Faites comme ces photographes : identifiez @mec_pleinair dans vos photos avec le mot-clic #onserejointdehors pour qu’on puisse les admirer.

Jean-Sébastien Leroux

Cycliste urbain, randonneur et adepte de canot-camping, Jean-Sébastien a besoin de mouvement comme il a besoin d’oxygène. Ses prochains défis ? Le vélo de montagne, été comme hiver.