hiking-forest-trail-LorencePhoto_mechike16_005

7 façons responsables de camper et de faire de la rando

Si vous faites de la rando près de Vancouver et que vous apercevez un groupe de personnes quitter le sentier et creuser des petits trous, vous risquez de m’apercevoir. Non, nous ne sommes pas à la recherche d’un trésor caché… nous apprenons comment faire caca dans la forêt. Oui, vous avez bien lu : j’apprends aux personnes comment faire caca en plein air. Je leur explique aussi comment trouver un emplacement où monter leur tente, se débarrasser de pelures d’oranges, choisir le bon bois pour un feu de camp et plein d’autres petits trucs écoresponsables. Cela fait partie des tâches d’un bénévole de Sans trace.

Qu’est-ce que le Sans Trace ? Il s’agit de sept principes qui nous guident durant nos sorties de plein air. L’objectif : préserver les aires naturelles afin que tout le monde puisse en profiter. Si vous planifiez une sortie de camping ou de randonnée cette année, voici donc les sept principes à garder en tête :

1. Préparez-vous

Rien n’est plus fâchant que d’arriver sur un terrain de camping plein à craquer ou de découvrir de la neige sur un sentier alors que vous portez un short. Pour profiter de vos aventures en plein air, faites un peu de recherche avant de placer votre tente dans le coffre de votre véhicule ou d’enfiler vos bottes de randonnée. Avant de partir, vérifiez les prévisions météo, l’état des sentiers et les règlements du parc pour savoir quoi apporter. N’oubliez pas une trousse de premiers soins et vos autres articles d’urgence afin d’être prêt à affronter les aléas de dame Nature en plus de respecter l’environnement.

 


2. Marchez et campez sur des surfaces durables

« Tous ceux qui errent ne sont pas perdus », a dit un jour Tolkien, mais s’éloigner du sentier est en fait une bonne façon de se perdre (et d’abîmer les plantes). Piétiner le sol ou monter des tentes sur une même surface peut endommager les fragiles écosystèmes qui peuvent prendre des années à s’en remettre. Les endroits qui sont le plus à risque sont souvent ceux qui sont les plus jolis comme les prairies, les milieux humides et les rives. Minimisez le plus possible votre impact sur la nature en restant dans le sentier et les endroits réservés au camping. Si vous êtes dans une région sauvage sans site de camping désigné, n’oubliez pas que les meilleurs sites de camping sont ceux que vous trouverez, pas ceux que vous fabriquerez. Lorsque vous montez votre tente, cherchez un endroit avec du gravier, du gazon sec, de la neige ou de la terre.


3. Gérez adéquatement les déchets

Vous savez déjà que vous devez ramener l’emballage de vos barres granolas et vos bouteilles d’eau. Mais qu’en est-il des pelures d’oranges, des cœurs de pommes, des coquilles d’œufs ou des nouilles croustillantes brûlées au fond de votre casserole ? Il est vrai que ces aliments sont biodégradables, mais ça va prendre beaucoup de temps – c’est même une question de mois dans certains cas. De plus, les déchets biodégradables ne sont pas attrayants, et les animaux pourraient être tentés de les manger. Donc, biodégradable ou non, si vous amenez de la nourriture, vous devez toujours rapporter vos déchets.

Et comment répondre à « l’appel de la nature » lorsque vous êtes dans la nature ? Si vous ne pouvez pas vous rendre à la toilette sèche la plus proche, éloignez-vous d’au moins 70 pas des sentiers, sites de camping et sources d’eau. Cette distance vous procurera de l’intimité, vous évitera de polluer l’eau et empêchera les autres de tomber sur vos déjections. Creusez un petit trou d’environ 15 cm (6 po) de profondeur. Si vous n’avez pas apporté de truelle portable, sachez qu’une roche, un bâton ou le talon de votre botte peuvent très bien vous dépanner. Une fois vos besoins terminés, remplissez le trou avec de la terre. Si possible, ramenez votre papier de toilette dans un sac de plastique (sinon, enterrez-le dans le trou). Je trimballe du désinfectant pour les mains pour me nettoyer par la suite.


4. Laissez intact tout ce que vous trouvez

De nos jours, prendre une photo n’a jamais été aussi facile. Si vous voyez de belles roches ou fleurs sauvages, ou des artéfacts historiques, prenez-les en photo plutôt que de les ramener avec vous. (Points bonis s’il s’agit d’un égoportrait.) Du coup, d’autres personnes pourront également les observer.


5. Minimisez l’impact des feux de camp

Le crépitement du feu, l’odeur de fumée et des guimauves gluantes sur vos doigts… Un feu de camp est un élément essentiel de nombreuses sorties de camping. Heureusement, la plupart des sites de camping sont dotés d’un emplacement prévu pour un feu de camp. Ne laissez jamais votre feu sans surveillance et assurez-vous qu’il soit bien éteint avant de quitter les lieux. (Vous ne voulez pas être LA personne qui a allumé un feu de forêt !)

Plutôt que de ramasser du bois autour de votre site de camping, mieux vaut acheter des paquets de bois pour le feu. Les terrains de camping très courus sont surexploités, ce qui endommage la forêt. Si vous décidez de ramasser du bois pour le feu, choisissez du bois d’un arbre mort ou abattu. Les arbres vivants ne brûlent pas très bien et sont une partie vitale de l’écosystème forestier.

Les interdictions de faire des feux durant l’été sont de plus en plus fréquentes. De plus, il est peut-être défendu d’allumer des feux toute l’année dans des environnements à risque comme les prairies alpines. Consultez la réglementation à l’avance et préparez un programme pour une soirée sans feu de camp. (Mon activité favorite est de jouer à des jeux de société autour d’une lanterne.)


6. Respectez la faune

L’une des choses qui m’emballent le plus durant mes activités de plein air est l’observation de la faune : aigles, chevreuils ou même des ours. Même si les animaux attisent votre curiosité, observez-les discrètement en gardant vos distances afin de ne pas les effrayer. Utilisez des jumelles ou le téléobjectif de votre appareil photo pour observer la faune. Les animaux domestiques sont interdits dans les parcs nationaux du Québec. Toutefois, si vous faites du camping ou de la randonnée dans un endroit où ils sont acceptés, apportez une laisse.

Les écureuils et les oiseaux sont peut-être mignons et vous quémanderont à manger, mais ne cédez pas à la tentation. Non seulement les aliments pour humains ne sont pas bons pour leur santé, mais nourrir les animaux sauvages peut leur faire perdre leurs capacités à trouver leur propre nourriture. (Et si l’animal qui mange des aliments pour humains est un ours, vous êtes dans le pétrin.)


7. Respectez les autres

Vous risquez de partager le sentier ou le site de camping avec d’autres personnes. Soyez donc un bon voisin. Assurez-vous que les autres personnes ont suffisamment d’espace pour profiter de la nature. Puisque de nombreuses personnes font du plein air pour écouter le bruit des oiseaux ou le vent dans les arbres, amenez vos écouteurs si vous souhaitez écouter de la musique. La nature appartient à tout le monde et nous devons apprendre à faire des compromis et à partager afin de revenir à la maison avec d’excellents souvenirs.


Vous voulez d’autres conseils ? Lisez tous les principes du Sans trace ou regardez #LeaveNoTraceTuesday sur Instagram pour obtenir des conseils de Taryn (en anglais) chaque semaine (@happiestoutdoors).

Taryn Eyton, blog authro
Taryn Eyton

Adepte de rando et de voyage d'aventure, formatrice en Sans trace et experte des prairies alpines. Elle vit à Vancouver, mais son coeur appartient aux milieux sauvages.