17_CM_0002_MTB_blog_mountain-bikers-trail-trees

Guide de vélo de montagne pour débutants

Je fais du vélo, mais jusqu’à récemment, je ne roulais pas sur un vélo de montagne. Disons que j’étais plutôt du genre à me raser les jambes et à porter un uniforme de super héros avec des chaussures qui se fixent aux pédales et à rouler sur des routes asphaltées. Mais après m’être laissé convaincre par mes collègues chez MEC de tenter l’expérience du vélo de montagne, je me suis retrouvé en selle sur une énorme machine, gravissant un sentier avec peine pour la toute première fois.

Mon verdict ? J’étais surpris du nombre de choses que j’ai découvertes au sujet de ce sport, et j’aurais certainement apprécié certains conseils avant d’enfourcher mon vélo. Donc, pour aider les débutants à s’initier au vélo de montagne, j’ai demandé aux employés et aux adeptes chez MEC ce qu’ils auraient aimé savoir avant le premier jour où ils se sont lancés sur les sentiers.

Le voici donc : le guide de vélo de montagne pour débutants (que j’aurais aimé consulter il y a 4 mois.)

1. Ne soyez pas nerveux

 

Dans n’importe quelle vidéo de vélo de montagne, on a l’impression que ce sport est réservé à ceux qui carburent aux boissons énergétiques. Mais ce n’est pas vrai du tout ! Bien sûr, les meilleurs cyclistes sont des mordus talentueux, mais pour le commun des mortels, le vélo de montagne peut être simplement très le fun. J’ai appris que dans chaque réseau de sentiers, il y en a pour tous les goûts. Les premières fois, vous roulerez sans doute sur les sentiers de niveau facile et intermédiaire, mais qu’importe ? Si vous persévérez, vos premiers coups de pédale en montagne deviendront rapidement un merveilleux souvenir.

2. Faites confiance au vélo

Vous serez étonné de ce que peuvent endurer les nouveaux vélos de montagne à double suspension. Quand vous franchissez des obstacles et des sections de sentier qui vous obligent à faire une pause, faites confiance à votre monture. Vous serez sans doute impressionné par la facilité avec laquelle les vélos de montagne peuvent rouler sur les terrains très accidentés lorsque vous leur laissez faire le travail (surtout si vous le comparez à votre vélo urbain, secoué de toute part dans le gravier et les nids de poule). Remarque : ce conseil suppose que vous avez loué, emprunté ou acheté un bon vélo de montagne.

3. Ne soyez pas insulté si un jeune de 10 ans vous dépasse

Croyez-moi, cela arrivera. Vous serez en train de filer sur un sentier avec le sentiment d’être un héros, en parfaite harmonie avec votre environnement et votre vélo. Soudainement, un petit enfant vous lancera d’une voix aigüe « À gauche ! » avant de vous dépasser à toute vitesse avec une précision et une grâce féline. C’est normal. Ne vous découragez pas et concentrez-vous sur ce que vous faites (votre plaisir sera intact et vous éviterez les mauvaises chutes).

Mountain biker fixing a flat tire

4. Apportez une trousse de réparation

Les crevaisons et les problèmes mécaniques peuvent survenir à tout moment. Il n’y a rien de plus démoralisant que de revenir au stationnement à pied à cause d’une crevaison ou d’une chaîne brisée. Donc, équipez-vous des bons outils et d’une pompe. Besoin de conseils pour savoir comment les utiliser ? Jetez un coup d’œil à nos ateliers de vélo.

5. Reposez-vous… autant que c’est nécessaire

Même si vous êtes la 328e personne la plus en forme de votre province, vous ressentirez de la douleur. En tant que cycliste de route chevronné, je pensais bien m’en tirer. Pourtant, j’étais complètement crevé après 45 minutes. Attendez-vous à ce que vos avant-bras soient fatigués à force de freiner et à ce que vos jambes soient comme de la viande hachée après 5 minutes de pédalage. La solution ? Prendre des pauses. Manœuvrer un vélo quand on a les bras raides n’est pas seulement épuisant, c’est dangereux (vous risquez de freiner trop brutalement). Étirez-vous, buvez de l’eau et donnez-vous du temps avant de vous lancer sur une autre section technique.

Three mountain bikers planning their route

6. Roulez avec un ami

Un ami ou un guide patient peut faire toute la différence pour maintenir votre plaisir à un niveau élevé et vous faire éviter des problèmes. Assurez-vous seulement qu’ils soient prêts à ralentir la cadence, à vous attendre et à vous montrer le chemin. Ce qui m’amène à un autre point important…

7. Ne jouez pas au pro

Vous avez peut-être roulé sur des routes de gravier ou traversé des parcs, mais cela ne fait pas de vous un pro du vélo de montagne. Si quelqu’un vous demande si vous en avez déjà fait, ne mentez pas. De toute façon, on le saura en 30 secondes et vous risquez de vous retrouver dans des situations intenables. « Faites semblant jusqu’à ce que ça marche » est un dicton qui convient à certaines sphères d’activité, mais le vélo de montagne n’en fait pas partie.

8. Appréciez la difficulté

Si vous roulez sur des sentiers de cross-country, vous aurez peut-être à marcher à côté de votre vélo pour les montées techniques difficiles. Sur les sentiers plus abrupts, certains obstacles ou sections pourraient vous effrayer. Ne vous en faites pas ! Développer ses capacités prend du temps. Allez-y étape par étape, appréciez le défi et soyez certain que vous finirez par vous améliorer.

Mountain bikers look at picture on a phone

9. Ne vous filmez pas (tout de suite)

Lorsque vous pédalez avec fluidité sur une voie simple, vous avez peut-être l’impression de rouler à la vitesse de l’éclair – filant sans effort dans les virages inclinés et par-dessus les roches et les racines. Et ce fameux saut ? Vous voliez, littéralement ! Mais faites-vous une faveur : attendez de prendre du galon avant de sortir la caméra (quand vous serez prêt à faire des montages époustouflants, nous avons tout ce qu’il faut pour vous y aider).

10. Portez l’équipement adéquat

Le vieux casque que vous utilisez depuis 2005 pour vous rendre au boulot et rouler les week-ends, oubliez-le, surtout pour les sentiers. Assurez-vous de porter un casque solide conçu pour le vélo de montagne. Enfin, pensez à vous procurer aussi des protections. Si vous deviez passer par-dessus le guidon ou déraper dans un virage, vous serez heureux de les porter.

Close-up on legs and shoes of mountain biker

11. Portez de bonnes chaussures

Les chaussures à semelle adhérente sont préférables, comme celles pour la course sur sentiers ou l’entraînement (il n’est pas nécessaire d’investir dans des chaussures de vélo de montagne pour vos premières sorties). Elles vous permettront de mieux agripper les pédales, la plupart comportant des picots qui maintiennent vos pieds en place. Vous apprécierez l’adhérence lorsque vous devrez marcher monter ou descendre un sentier très pentu. De plus, attendez-vous à ce que vos chaussures deviennent très très sales. Donc, ne choisissez pas votre paire préférée.

12. ESSAYEZ AVANT D’ACHETER

Vous n’êtes pas certain du modèle de vélo qui vous conviendrait ? Il est toujours judicieux d’essayer le vélo que vous convoitez avant de l’acheter pour avoir une bonne idée de la manière dont il se comportera dans les sentiers. On organise souvent des journées d’essais dans certains secteurs ou durant des événements de vélo. Certains magasins MEC prêtent aussi des vélos d’essai Intense (les modèles varient d’un magasin à l’autre) pour vous permettre de faire un choix éclairé.

13. Traitez votre vélo aux p’tits oignons

Les vélos de montagne sont durement éprouvés. Par conséquent, les boulons peuvent se desserrer graduellement, les systèmes de suspension peuvent se relâcher et les roues, se voiler. Assurez-vous du bon entretien de votre vélo avant de vous lancer. La règle d’or : avant chaque sortie, vérifiez que les vis du jeu de direction, l’axe traversant et le levier à blocage rapide sont bien serrés, et que votre guidon est stable. Les ateliers de vélo MEC offrent de nombreux services, des vérifications rapides aux mises au point complètes.

14. L’âge n’a rien à voir

Un grand nombre de publications, de sites Web et de vidéos sur YouTube laissent croire qu’il s’agit d’un sport de jeunes. En réalité, il y en a pour tous les goûts, peu importe votre âge, votre expérience et votre définition du courage. Il n’est jamais trop tard pour apprendre, alors équipez-vous, montez en selle et allez-y gaiement.

Jonathan Johnson

Writer, resident coffee addict and spandex expert. Tirelessly seeking the perfect writing/riding playlist.