Beat the heat: tips for running in summer

Conseils pour courir par temps chaud

Ah l’été, le soleil radieux, le doux gazouillis des oiseaux et les journées prolongées. Bref, il n’y a pas de meilleur temps pour aller courir, n’est-ce pas ? Eh bien, ça dépend. La saison estivale est parfois synonyme de périodes de canicule qui peuvent rendre la course éprouvante. Nous avons réuni 11 conseils de course d’ambassadeurs et d’employés MEC afin de vous permettre de continuer à courir entre les mois de juin et de septembre.

1. Changez votre routine

Le moment de la journée choisi pour aller courir peut faire une énorme différence pour vaincre la chaleur. Les heures matinales sont idéales, notamment si vous pouvez courir avant 10 h. Si vous n’êtes pas un lève-tôt, essayez de courir en soirée. N’importe quand entre 20 h et 23 h est un bon moment (assurez-vous toutefois de rester visible par temps sombre).

Beat the heat: tips for running in summer

2. Revoyez vos attentes

Lorsque la chaleur est écrasante, vous ne pourrez pas courir à votre plein potentiel. Puisque votre corps travaillera beaucoup plus fort que normalement pour supporter la chaleur, attendez-vous à être 5 à 10 % moins rapide. Cela dit, avec le temps, votre corps va s’adapter aux températures chaudes. Après une à deux semaines à courir par temps chaud vous devriez être plus près d’atteindre votre plein potentiel de performance. Par contre, il est très important d’écouter son corps (nous y reviendrons un peu plus loin).

3. Essayez la course sur sentier

Notre ambassadeur MEC Jim Willett a un excellent conseil pour la chaude saison estivale : courir en sentier. Les sentiers se trouvent souvent dans des endroits densément boisés à l’abri de la lumière directe du soleil, alors que l’ombre est constamment présente, ce qui fait une énorme différence lorsqu’il fait chaud. De plus, vous aurez peut-être la chance de croiser des ruisseaux, des rivières ou des lacs où vous pourrez rafraîchir votre visage, votre chapeau ou votre maillot..

4. Restez à l’ombre

Faites tout ce que vous pouvez pour rester à l’abri des rayons directs du soleil. S’il n’y a pas de sentiers ombragés dans les parages (ou si ce n’est pas votre tasse de thé), planifiez vos parcours en fonction d’une exposition minimale aux rayons du soleil. De plus, couvrez votre visage et votre cou : les lunettes de soleil, les chapeaux et les casquettes sont également vos amis. Conseil de pro : Jim Willett recommande d’apporter un bandana léger et mouillé pour couvrir votre cou.

5. Hydratez-vous, hydratez-vous, hydratez-vous

Il est essentiel de s’hydrater avant de courir. Buvez beaucoup d’eau la veille, le jour ou quelques jours avant une longue sortie parce qu’il est impossible de s’hydrater convenablement une heure avant de s’élancer dehors. Il va sans dire qu’il est également crucial de s’hydrater pendant la course. Anticipez vos besoins en eau et apportez des comprimés d’électrolytes et des capsules de sels minéraux pour rétablir l’équilibre des électrolytes et de sodium. Il existe de nombreux articles en ligne avec des recommandations sur les quantités d’eau que vous devriez boire, mais il est important de trouver ce qui vous convient le mieux.

6. Trimballez quelques articles supplémentaires

Apportez des aliments, de l’eau, des comprimés d’électrolytes et des capsules de sels supplémentaires. Avoir la possibilité d’asperger votre tête ou votre nuque avec de l’eau permet de réguler votre température corporelle. Ajoutez de la glace ou utilisez une bouteille isolante pour garder votre eau fraîche. Les comprimés d’électrolytes sont faciles à transporter et super efficaces pour compenser les pertes de sel, alors que les gels et les bonbons énergétiques  procurent le petit coup de fouet pour vous aider à garder votre rythme (avalez-les avec de l’eau).

7. Essayez le coton

D’accord, ce conseil semble un peu bizarre. Toutefois, après voir couru dans de nombreux environnements différents sous des chaleurs extrêmes incluant le désert de Gobi, le désert d’Atacama et le désert du Kalahari, Jim Willett a appris à courir par des températures accablantes. Son conseil ? « Un léger t-shirt ou chapeau en coton retiennent l’eau plus longtemps que des matériaux séchant rapidement. De plus, lorsque le vent frappe le coton mouillé il produit un effet refroidissant. Donc, enfilez du coton et gardez-le humide. C’est l’une des meilleures choses que vous pouvez faire. »

Même si cela semble contraire à la logique, il est difficile de rejeter le conseil d’un des coureurs parmi les plus expérimentés du Canada qui a avalé un nombre considérable de kilomètres dans des environnements extrêmes. Et vous ne perdez rien à l’essayer. (Si ce conseil ne marche pas pour vous, nous savons où vous pouvez trouver une belle sélection de maillots synthétiques respirants qui évacuent bien l’humidité.)

Beat the heat: tips for running in summer

8. Jus de cornichon

Si vous avez déjà souffert de crampes en raison de déshydratation ou de chaleur excessive, vous savez à quel point elles peuvent nuire à votre performance. Une solution ? Le jus de cornichon. De nombreux athlètes ne jurent que par le jus de cornichon comme solution rapide aux crampes musculaires (selon certaines analyses, les crampes peuvent disparaître en seulement 30 secondes après en avoir avalé une petite portion). D’autres personnes (incluant moi-même) ont comme rituel de manger un pot de cornichons ou d’olives la veille d’une grande course. Même si rien n’a encore été confirmé du point de vue scientifique, il existe beaucoup de publications en ligne qui soutiennent les effets bénéfiques du jus de cornichon. Lisez sur le sujet et essayez-le.

9. Terminez votre course par une saucette en eau froide

Planifiez un parcours qui se termine près d’une piscine, d’une plage, d’une rivière tranquille ou même d’un parc aquatique où vous pourrez faire une saucette rafraîchissante. N’oubliez pas d’apporter des chaussettes de rechange dans votre sac de course ou dans votre véhicule pour éviter d’enfiler les chaussettes sales et humides que vous venez tout juste d’enlever.

10. Écoutez votre corps

Beaucoup de choses peuvent se produire dans votre corps lorsque vous courez à fond sous des températures chaudes. Si vous avez soudainement mal à la tête, si vous ressentez des nausées ou des frissons, ou si vous avez la peau moite, vous souffrez probablement d’épuisement par la chaleur. Arrêtez de courir, plongez votre tête dans l’eau et faites le plein d’électrolytes.

Si vous présentez ces symptômes en plus d’être désorienté et de ressentir des nausées au point de vomir, vous souffrez sans doute d’un coup de chaleur. Il n’y a pas d’autres façons de le dire : votre sortie de course est définitivement terminée. Prenez du repos, hydratez-vous et demandez de l’assistance médicale en cas de besoin. N’essayez pas de combattre la chaleur ou la sensation pénible d’inconfort.

De plus, si une station météorologique émet un avertissement de chaleur extrême, veuillez en tenir compte.

11. Filez vers le gym

Lorsque rien d’autre ne fonctionne, filez vers le gym et courez sur un tapis roulant. La vue ne sera sans doute pas aussi belle que votre parcours préféré de course en plein air, mais la climatisation assurera votre confort pendant que vous accumulez les kilomètres.

Jonathan Johnson

Writer, resident coffee addict and spandex expert. Tirelessly seeking the perfect writing/riding playlist.