hiker-in-red-on-top-of-a-mountain-patagonia-header-1

Trekking 101 en Patagonie

Plus tôt cette année, un ami et moi sommes descendus loin dans le Sud, vers une région accidentée bien connue chevauchant le Chili et l’Argentine et qui se situe dans la plus longue chaîne de montagnes de la planète. La Patagonie figurait depuis longtemps sur ma liste d’endroits à visiter, et le trek exigeant qui nous attendait en valait résolument la peine. Même si nous étions des randonneurs chevronnés, c’était la première fois que l’on marchait à côté d’icebergs, que l’on buvait l’eau de glaciers et que l’on observait des condors planer au-dessus de nos têtes.

Notre voyage a exigé beaucoup de préparation. Toutefois, nous sommes revenus de la Patagonie avec encore davantage de conseils pour d’autres voyageurs qui prévoient explorer cette région. Si vous planifiez un voyage en Patagonie, assurez-vous de garder en tête ces conseils.

Où aller et quand

Patagonia landscape

Vue sur le parc Torres del Paine depuis un catamaran bondé. Photo : Paul Ruescher

Le parc national Torres del Paine au Chili est l’une des destinations de trek les plus prisées en Patagonie. Ses sentiers de difficulté moyenne présentant de faibles dénivelés sont idéals pour les randonneurs de tous les niveaux à la recherche d’excursions de plusieurs jours. Il est tout à fait possible de rencontrer d’autres aventuriers qui vous ressemblent sur ces sentiers. Donc, même si vous n’avez pas de partenaires de trek avant votre départ, vous risquez d’en trouver sur votre chemin.

L’été en Patagonie s’étend de novembre à mars, ce qui en fait la période idéale pour visiter cette région. En janvier, au zénith de l’été, la Patagonie jouit d’environ 16 h d’ensoleillement par jour et le mercure grimpe jusqu’à 20 degrés Celsius. .

Choisir un circuit

Le choix d’un circuit dépend de certains facteurs. Vous devez tenir compte de la durée de votre voyage et de la quantité de matériel que vous prévoyez apporter. Personnellement, je recommande l’ensemble du circuit « O » ou bien le « W », un circuit plus court dans le parc national Torres del Paine. Ces deux circuits sont ainsi nommés en raison de la forme de leur itinéraire sur une carte.

Long d’environ 110 km, le circuit « O » nécessite de six à dix jours de randonnée. Bien que ce circuit soit environ deux fois plus long que le « W », les kilomètres supplémentaires de marche en valent la peine. En effet, puisque le sentier « O » est fréquenté par une infime quantité de personnes, vous pouvez profiter des paysages incomparables en quasi-solitude.

Pour les débutants ou les voyageurs qui disposent d’un temps limité, le sentier « W » pourrait constituer la meilleure option, car il faut de quatre à cinq jours pour parcourir plus de 60 km. Le circuit se faufile plus directement à travers la spectaculaire cordillère del Paine.

Peu importe votre choix, votre expédition risque d’être marquée par des hauts et des bas. Le sentier rocailleux menant au glacier Grey était éprouvant et il nous a laissés avec d’inévitables ampoules, mais la vue du glacier colossal et les photos que nous avons prises nous ont fait oublier temporairement nos pieds endoloris et nos douleurs musculaires.

Hiker overlooking the Grey Glacier in the Southern Patagonian Ice Field

Vue surplombant le glacier Grey dans le champ de glace du sud de la Patagonie. Photo : Paul Ruescher

Où dormir

Une fois que vous avez choisi votre circuit, assurez-vous de réserver vos sites de camping. Vous pouvez le faire facilement en ligne. Si vous n’avez pas envie de camper durant la totalité de votre trek, vous pouvez opter pour des nuitées plus chères à l’hôtel (refugios). Vous pouvez aussi louer les services d’un guide pour une partie de votre voyage. Dans tous les cas, vous allez vivre une expérience fantastique durant votre trek à travers les lacs glaciaires, les rivières et les pics granitiques du parc national Torres del Paine.

Quoi apporter

Vous devrez décider si vous apporterez votre propre matériel, en louerez ou combinerez ces deux options. Si vous n’avez pas tous les produits requis, vous pouvez louer du matériel avant de partir ou bien en louer en arrivant dans l’une des villes donnant accès au parc : Puerto Natales (Chili) et El Chaltén (Argentine).

Nous avons trouvé des sacs de couchage, des matelas de sol, des manteaux en duvet et du matériel de cuisine en location dans ces villes. Nous pouvions aussi louer des tentes, mais n’oubliez pas qu’elles ont déjà été utilisées de nombreuses fois et qu’elles risquent de ne pas résister aux fortes pluies. Pour ne pas courir de risque, vous devriez considérer apporter votre propre tente légère.

Vous n’avez pas besoin de réserver votre équipement de location, mais gardez en tête que de nombreux magasins seront probablement fermés les dimanches. Nous avons fait l’erreur d’arriver en retard aux boutiques de location, et la majorité d’entre elles avaient déjà tout loué leur équipement. Nous avons finalement perdu un peu de temps dans le village d’El Chaltén pour essayer de trouver ce qui nous manquait. (Nous avons appris notre leçon !)

Préparez le matériel pour ce type de trek a exigé un peu de planification stratégique afin de nous assurer d’avoir toujours accès à nos essentiels. Mes conseils pour l’organisation de votre matériel :

  • Rangez votre housse et vos couches imperméables, vos barres énergétiques, votre trousse de premiers soins, vos pansements Moleskin et autres articles d’urgence dans des endroits facilement accessibles de votre sac à dos.
  • Pour une protection accrue, placez tout dans des sacs de plastique, car durant une même journée, la météo risque de changer rapidement entre soleil, pluie et neige.
  • Vos articles fragiles, tels que votre appareil photo ou votre cahier de notes, devraient être rangés dans un sac étanche fiable (que vous pouvez aussi utiliser pour suspendre votre nourriture durant la nuit)
  • … et ne laissez pas de nourriture dans vos poches ou votre tente, car des rongeurs pourraient y faire des trous en grugeant votre matériel pour voler vos aliments.

Liste de vérification pour la Patagonie

Consultez cette liste de vérification pour la randonnée en prévision de votre trek en Patagonie :

  • Un sac à dos de qualité et une housse imperméable (Avertissement : en raison des vents puissants de la Patagonie, votre housse imperméable risque de se transformer en cerf-volant ou parachute improvisé.)
  • Des vêtements imper-respirants et une couche isolante compacte (le manteau Uplink est une excellente option pour les soirées estivales et les randonnées matinales en Patagonie). Si vous prévoyez vous y rendre vers le mois de mars, optez pour un manteau en duvet plus chaud, car les nuits sont plus froides.
  • Des bottes de randonnée bien ajustées et de bonnes chaussettes de randonnée. Parlez à l’un de nos conseillers MEC pour participer à une séance d’essayage de bottes. Par ailleurs, assurez-vous qu’elles sont parfaitement assouplies avant de partir.
  • Chaussures confortables pour le campement.
  • Pansements Moleskin et soins pour ampoules. (J’ai soigné une ampoule avec des pansements précoupés dès que j’ai senti qu’elle commençait à se former, et ils m’ont grandement aidé.)
  • Des bâtons de marche robustes pour les sentiers sinueux abrupts et les sections rocailleuses. Vos genoux vous en seront reconnaissants.
  • De la monnaie du Chili et de l’Argentine; il n’est pas rare que les guichets automatiques manquent d’argent, notamment dans les plus petites villes.
  • Un appareil photo pour immortaliser les paysages naturels infinis et un livre pour les moments de repos.
  • Une attitude positive pour affronter les fameux vents forts, la météo imprévisible et tous les aléas du voyage.

Durant notre trek de cinq jours, nous avons été frappés par des pluies tellement fortes que certains sentiers du parc national Torress del Paine ont dû être fermés temporairement, ce qui arrive rarement. Heureusement, nous avions du matériel étanche et des vêtements chauds. Au final, nous avons eu de la chance qu’on rouvre notre sentier à temps pour notre randonnée matinale au lever du soleil, ce qui nous a permis d’aller contempler les trois formations granitiques emblématiques du parc lors de notre dernière journée. Même le soleil s’est mis de la partie. Du coup, ça valait la peine d’endurer ces journées pluvieuses pour finalement éprouver un sentiment d’accomplissement.

Photo du haut : Shutterstock / Olga Danylenko

Steph Ortiz, writer
Steph Ortiz

Rédactrice, coureuse de demi-marathon, voyageuse avertie, apprentie surfeuse, grimpeuse de montagnes et nouvelle propriétaire d’une planche à neige divisible.