Hiker walking through a forest

Identifier les plantes dangereuses en grande nature

Tous les points sur votre liste de vérification pour la randonnée sont cochés et vous avez consulté les cartes de la région que vous prévoyez explorer. Prêt à partir ? Presque. Si vous vous dirigez vers l’arrière-pays canadien, vous allez trouver toutes sortes de plantes dont certaines espèces sont très belles, mais aussi très dangereuses.

Durant vos randonnées et vos sorties de camping, restez en sécurité et évitez les démangeaisons en gardant l’œil sur ces 5 plantes que vous pourriez croiser sur votre chemin :

Herbe à puce

Poison ivy plant

L’herbe à puce est très répandue dans le sud de l’Ontario et du Québec, mais on peut la trouver dans chaque province du Canada, sauf Terre-Neuve. L’herbe à puce pousse comme une plante grimpante ou un arbuste le long des rivières, des lacs, des prairies, des clairières et des plages.

Les feuilles d’herbe à puce changent également de couleur au fil des saisons. Durant l’été, elles sont d’un vert brillant et se confondent facilement avec les autres plantes. La meilleure façon de ne pas entrer en contact avec l’herbe à la puce est de se méfier des plantes à trois feuilles.

Pourquoi l’éviter ?  La sève de l’herbe à puce renferme de l’urushiol, un allergène qui cause de douloureuses éruptions cutanées.

Berce du Caucase

Giant hogweed plant

On trouve cette plante à l’échelle du Canada : Colombie-Britannique, Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. Dotée d’une tige robuste et de feuilles vert vif, elle se développe dans les fossés, les forêts clairsemées, le long des ruisseaux et dans d’autres endroits au sol humide.

Elle mesure généralement de 2 à 5 m de hauteur et présente de larges feuilles aux bords dentelés et des pétioles creux avec des taches rouge foncé, ainsi que des poils blancs grossiers. Elle produit de petites fleurs blanches formant d’un parapluie.

Pourquoi l’éviter ? La sève de la berce du Caucase contient des toxines qui sont activées par la lumière. Le contact avec la sève de cette plante, combiné à l’exposition à la lumière, cause de larges brûlures et des ampoules. Vous devez consulter un médecin si la sève a touché les yeux ou si les lésions sont importantes.

L’ortie dioïque

Stinging nettle plant

L’ortie dioïque pousse partout au Canada et se trouve généralement dans les milieux humides comme les marais, les prairies, les pâturages et les fossés.

Elle atteint plus d’un mètre de hauteur et présente grappes de fleurs blanches et des feuilles dentées. Cette plante est dotée de poils urticants qui se cassent au moindre contact et pénètrent sous la peau comme des aiguilles hypodermiques creuses pour y déverser des toxines provoquant une brûlure désagréable.

Pourquoi l’éviter ? Le contact avec cette plante provoque des démangeaisons, de l’engourdissement et une enflure aboutissant à une douloureuse éruption cutanée.

Ménisperme du Canada

Canada moonseed berries

On trouve le ménisperme du Canada au Manitoba, en Ontario et au Québec. Pouvant atteindre jusqu’à 6 m, cette plante grimpante pousse dans les broussailles, près des ruisseaux et le long des falaises.

Le ménisperme du Canada présente des feuilles vertes dont chacune contient de trois à sept lobes et des baies violet foncé vénéneuses qui ressemblent à des raisins sauvages (les graines du ménisperme du Canada sont en forme de demi-lune, alors que celles des raisins sauvages sont rondes).

Pourquoi l’éviter ?  L’ingestion de baies peut provoquer des convulsions et peut entraîner la mort.

Carotte à Moreau

Water hemlock plant

L’une des plantes les plus toxiques au Canada, la carotte à Moreau pousse près des marais, des pâturages, des rivières et des ruisseaux dans la plupart des régions du pays.

Elle peut atteindre de 1 à 2 mètres de hauteur et présente une tige creuse avec un motif pourpre. La carotte à Moreau produit grappes de fleurs blanches formant un parapluie. On la confond parfois avec des racines comestibles comme le panais sauvage. Procurez-vous un guide permettant d’identifier les plantes pour savoir comment les différencier.

Pourquoi l’éviter ?  La carotte à Moreau est mortelle si ingérée. Elle contient de la cicutoxine, un produit chimique hautement toxique qui s’attaque au système nerveux central. Si vous voyez quelqu’un qui a consommé accidentellement cette plante, traitez la situation comme si la vie de cette personne était en danger et cherchez de l’aide médicale immédiatement, car la mort peut survenir en moins de 15 min.

Savoir bien identifier les plantes en grande nature constitue un excellent atout. En effet, vous pourrez non seulement éviter les différentes espèces dangereuses, mais apprécier l’immense variété de fleurs, d’arbres et d’arbustes qui pourraient passer inaperçus.

Utilisez un guide pour identifier les plantes pour vous familiariser avec les espèces locales que vous croiserez durant vos aventures dans les milieux sauvages canadiens.

Crédits photo : John (Flickr), debs-eye (Flickr), John Neon, « Moonseed fruit 1 » by Nadiatalent est disponible sous licence CC BY-SA 4.0, Wendell Smith

Tony Xu, writer
Tony Xu

Porteur de plusieurs chapeaux et jouant bien des rôles : écrivain, certifié niveau 3 de l’Alliance des moniteurs de ski du Canada, accro aux données, explorateur d’arrière-pays et apprenti grimpeur. Animé par le désir de raconter des histoires qui font jaillir l’esprit d’aventure.