MEC Ambassador Reuben Krabbe and his dad, Gerald Krabbe, watching the Northern Lights

Route de Dempster : rouler, nouer des liens et boire un cocktail à l’orteil

Mon père, Gerald Krabbe, fait du cyclotourisme depuis de nombreuses années. En effet, dans les années 2000, il a effectué le trajet de Vancouver à Halifax. De plus, chaque été, il roule avec son groupe de cyclistes durant une semaine dans les montagnes. Il a aussi dirigé une randonnée de vélo Jasper-Banff pour les étudiants de son école pendant bon nombre d’années. Mon grand-père était également un cyclotouriste. Bref, c’est dans notre sang.

L’été dernier, il avait planifié une randonnée épique d’un mois qui débutait au parc national des Lacs-Waterton à la frontière de l’Alberta et du Montana, traversait la Colombie-Britannique jusqu’au Yukon pour terminer à Inuvik (itinéraire), à environ 100 km de l’océan Arctique. Kilométrage total : 3800 km.Ma mère ne voulait pas qu’il effectue en solitaire les derniers 633 km de chemin de terre entre Dawson (Yukon) et Inuvik (Territoires du Nord-Ouest). Naturellement, j’ai proposé de me joindre à lui. J’ai conduit ma moto à partir de chez moi à Squamish jusqu’à Dawson, où j’ai pédalé avec mon père durant les 8 derniers jours.

Deux semaines avant notre rencontre, j’ai écrit quelques pensées :

« Je vais rejoindre mon père au moment de son voyage où il sera au sommet de sa forme physique, où il enchaînera ses mouvements avec une efficacité optimale, où il deviendra de plus en plus excité à l’idée de voir et de sentir l’océan. Et au point culminant de la semaine, un débutant en vélo de route va débarquer dans sa fabuleuse odyssée, utilisant des termes de vélo de montagne de façon inefficace pour essayer de comprendre ce qu’il est en train de vivre. »

Je craignais ce que je devrais craindre, mais je ne prenais pas assez au sérieux mon sens de l’autodérision.

Bike on bike setup

Ma moto KLR rouge délavé a été mise à l’épreuve durant de nombreuses journées continuelles où elle a roulé à fond de train sur la route. Oui, il existe des vols vers Dawson et Whitehorse, mais si cette machine est dans votre garage, pourquoi ne pas prendre la route avec elle ? J’ai passé la moitié de mon trajet vers le nord à retracer le parcours sur lequel mon père avait roulé les jours auparavant. Sur mon chemin, je le décrivais aux pompistes et aux touristes, et ils s’en souvenaient chaque fois. Ils me disaient à quel point son aventure semblait intéressante et remarquable. Puis, ils regardaient mon vélo installé sur ma moto en disant : « Eh bien, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. »

The Northern Rocky Mountains

Gauche : La pluie et les camionneurs qui roulent sur de longues distances étaient ce que je craignais le plus durant les premiers 3000 km séparant Squamish et Dawson.

Droite : Il y a très peu d’endroits où trouver de l’essence, des provisions ou des gens dans cette région remarquablement diversifiée et austère. En regardant le nord des Rocheuses, j’ai immédiatement regretté de m’être imposé de les traverser rapidement.

Buffalo by the side of the highway

La faune sauvage est foisonnante sur la route de l’Alaska. Du haut de ma moto, j’ai vu un grizzly et trois oursons, près de 100 bisons au regard indifférent dans les fossés, un porc-épic qui voulait crever mes pneus et un orignal avec des bois plus gros que la longueur de mon bras.

Liard River Hot Springs

Gauche : Tenir son corps droit en conduisant une moto peut être plus inconfortable que vous ne le pensez. Heureusement, Dame Nature a placé le parc provincial Liard River Hot Springs sur mon itinéraire, alors que je flirtais avec la frontière du Yukon.

Droite : J’ai presque échappé mon appareil-photo dans l’eau après avoir pris cette photo, car j’ai entendu quelques touristes stressés de l’autre côté parce qu’un ours errait dans les bois à seulement 15 m du bord de l’eau.

Diamond Tooth Gerties in Dawson, Yukon

Peu après mon arrivée à Dawson où j’ai rencontré mon père, la pire inondation jamais observée depuis de nombreuses années a touché la ville. Puisque les gens et les voitures étaient coincés et que le traversier était hors service, nous sommes allés au Diamond Tooth Gerties pour assister à un spectacle de French Cancan, coude à coude avec des touristes surexcités.

Sourtoe in Dawson, Yukon

Le cocktail Sourtoe représente un rite de passage douteux à Dawson : choisissez le whiskey de votre choix, déposez l’orteil dans le whiskey et buvez le cocktail en vous assurant que l’orteil touche bien vos lèvres. Beurk…

The highest point on Dempster Highway

Gauche : 24 h après avoir su que la route Dempster pourrait être fermée pendant des semaines en raison des dommages causés par les inondations, nous avons pédalé en ayant des attentes modestes et de grands espoirs.

Droite : Avant 8 h au deuxième matin, nous avions franchi le plus haut point de la route de Dempster.

Reuben and Gerald Krabbe watch the northern lights

Gauche : Échec au campement. En raison de plusieurs mauvais ajustements sur ma remorque de vélo, d’un manque d’entraînement avant le voyage et de deux genoux amochés, j’ai abandonné le troisième jour.

Droite : Ce n’était pas un échec total, car mon objectif était de rejoindre mon père lors de sa randonnée de vélo épique et l’aider à atteindre la ligne d’arrivée. Même si mon vélo était à l’arrière d’un camion qui se dirigeait en direction sud, j’ai continué le voyage en faisant de l’autostop, alors que mon père roulait sur son vélo.

Gerald Krabbe calculates his distance, and heads out on his fully loaded touring bike

Gauche : On ne peut s’étonner que le voyage à vélo d’un professeur de mathématiques soit plus axé sur les chiffres que celui de la plupart des cyclistes. Mon père a donc surnommé son périple « #49to69at59 », car il a roulé du 49e parallèle jusqu’au 69e parallèle à l’âge de 59 ans.

Droite : Tout de suite après avoir rencontré mon père à Dawson, il m’a avoué d’un air penaud qu’il s’amusait comme un véritable petit fou durant son voyage et qu’il avait tellement de plaisir qu’il se sentait presque coupable. Cette photo a été prise à la dernière journée de son voyage, après qu’il m’a vu descendre de la voiture d’un étranger et qu’il effectuait la dernière traversée de rivière de son odyssée. Je n’ai aucun doute qu’il affichait le même sourire ridicule durant toute la dernière journée, même s’il n’y avait personne pour le voir.

Worn-out bike gloves, and portrait of Reuben and his dad

Durant quelques milliers de kilomètres, certaines choses vont s’user, certaines choses vont changer et certaines choses vont évoluer.

.

Reuben Krabbe bike touring on the Dempster Highway

C’était le premier voyage en vélo de route de l’ambassadeur MEC Reuben Krabbe. Ce qu’il préfère, c’est enfourcher son vélo de montagne et rouler sur des sentiers. MEC lui a prêté le vélo Provincial Road 222 de MEC pour rejoindre son père lors de son aventure sur la route de Dempster. 


Reuben Krabbe
Reuben Krabbe

Ambassadeur MEC reconnu pour ses photos à faire tomber les mâchoires, Reuben dévale les pentes de ski lorsqu'il n'est pas derrière sa lentille.