Rock climber on a route, looking up as belayer looks on from below

Règles d’étiquette de l’escalade extérieure

Qu’est-ce qui est différent entre l’escalade extérieure et l’escalade intérieure ? « Tout », nous dit Tosh Sherkat, ambassadeur d’escalade MEC. « Par exemple, à l’intérieur, on trouve des prises colorées pour indiquer les voies et d’épais matelas pour l’atterrissage et à l’extérieur, des marques de craie subtiles et des terrains inégaux. Les centres d’escalade et les parois rocheuses sont deux univers différents. »

L’escalade extérieure nous ouvre un monde nouveau (dont nous sommes évidemment de grands adeptes). Si vous songez à troquer les prises de plastique pour les fissures, le gneiss et le calcaire, il y a certaines règles à connaître avant de vous présenter à la paroi de votre région.

Pour vous aider à parfaire vos connaissances, nous avons fait appel à des experts :

  • L’ambassadrice MEC Taryn Eyton pour tous les principes Sans Trace propres à l’escalade présentés ci-dessous (Sans Trace Canada est l’un des partenaires de MEC pour le volet communauté).
  • Quelques-uns de nos ambassadeurs d’escalade pour des conseils destinés aux nouveaux adeptes d’escalade extérieure.
  • Tommy Caldwell, une légende du monde vertical, avec qui nous avons eu la chance de discuter.

Vous pouvez aussi consulter Rock Respect (site en anglais seulement), un site éducatif sur les pratiques responsables et les règles de sécurité en escalade. De plus, vous avez peut-être déjà remarqué le Code de conduite du grimpeur affiché à votre centre d’escalade; il a été créé avec l’aide de groupes d’escalade et d’organismes favorisant l’accessibilité aux parois partout au Canada.

Soyez prudent, amusez-vous et grimpez !

1. Partez toujours avec des grimpeurs expérimentés

« Pour votre première sortie à l’extérieur, assurez-vous d’être accompagné d’une personne qui s’y connaît vraiment bien en escalade de rocher. Trouvez un ami ou un mentor expérimenté, ou faites appel à un service de guides reconnu pour apprendre les rudiments du sport. » – Lucas Uchida

« Trouvez une personne qui a plus d’une ou deux sorties à son actif, une personne qui a passé plusieurs saisons à escalader la paroi locale. N’hésitez pas à poser des questions dans votre centre d’escalade pour trouver cette personne ! Un mentor sera en mesure de vous enseigner les manœuvres de cordes et l’éthique de l’escalade de rocher, et peut probablement vous donner des conseils pour réussir un mouvement avec lequel vous avez de la difficulté. » – Tosh

« Soyez sociable et parlez à des grimpeurs plus expérimentés – tout le monde peut vous apprendre quelque chose. Le partage d’information est essentiel et peut vous aider à trouver de nouveaux partenaires. Quand vous passez du gym à la roche, vous devez être une éponge et absorber autant de renseignements que possible. » – Louis Rousseau

Vous voulez suivre des cours d’escalade ? Renseignez-vous auprès du Club alpin du Canada (partenaire de MEC dans la communauté), d’un centre d’escalade ou d’un groupe régional favorisant l’accès aux parois pour obtenir des renseignements sur les moniteurs qualifiés.

Rock climber on route as belayer looks up from below

2. Éléments clés : les systèmes d’assurage

« Je grimpe depuis plus de 10 ans, et chaque fois que mon partenaire ou moi devons nous encorder, nous procédons à une vérification de sécurité. Est-ce que les boucles autobloquantes du harnais sont bien attachées ? Est-ce que le nœud est bien fait ? La corde passe-t-elle correctement dans l’assureur ? Un nœud a-t-il été fait au bout de la corde ? Ces vérifications devraient être aussi naturelles pour vous que les gestes d’enfiler vos chaussons ou de vous frotter les mains avec de craie ». – Sabrina Chapman

« Faites de la vérification de votre système d’assurage et de vos nœuds un rituel avec vos partenaires – ne grimpez pas avec les personnes qui sont agacées par cette habitude. De plus, communiquez avec vos partenaires en utilisant leur nom pour éviter toute confusion avec d’autres grimpeurs autour de vous. » – Louis

« Assurer est une énorme responsabilité. Apprenez les systèmes, exercez-vous à les mettre en application et assurez-vous de bien comprendre les raisons derrière chaque geste. Si vous vous tenez à 5 m du mur en assurant un grimpeur, en comprenez-vous les risques ? Si vous laissez plusieurs mètres de mou de corde entre vous et le grimpeur, en comprenez-vous les risques ? Assurer n’est pas un rôle statique. Cela demande un engagement constant entre vous, votre grimpeur et votre système d’assurage. – Sarah Hart

3. Préparez-vous

Avant de prendre la route vers un site d’escalade, faites vos recherches. De cette façon, vous aurez toute l’information dont vous avez besoin pour vous amuser et grimper en toute sécurité.

  • Renseignez-vous sur les règlements locaux, les exigences en matière de permis et les fermetures de zones.
  • Faites du covoiturage jusqu’à la paroi pour réduire votre impact sur l’environnement et prendre moins de place dans le stationnement.
  • Renseignez-vous sur les voies dont vous souhaitez faire l’ascension pour vous assurer d’avoir l’équipement approprié et de savoir comment l’utiliser. Procurez-vous un guide ou consultez les sites Web régionaux à propos de l’accès aux parois.

« Chaque région établit ses propres règles et lignes directrices, et la plupart mettent en place un groupe qui surveille les parois et représente la communauté d’escalade locale. En Ontario, ce groupe est l’Ontario Alliance of Climbers – je recommande fortement à tous ceux et celles qui veulent grimper à l’extérieur de consulter le site Web (en anglais seulement). » – Lucas

Group of climbers hanging out at the crag with their gear around them; one of them is reading a guidebook

4. Soyez conscient des risques

« Lorsque vous faites la transition entre le centre d’escalade et la paroi, vous devez être conscient que vous passez d’un environnement très contrôlé, en ce qui concerne la supervision et la sécurité, à un environnement naturel où la gestion du risque est plus importante. Suivez un cours d’escalade extérieure pour apprendre à installer correctement les cordes à moulinette – c’est essentiel. Si en général, le savoir c’est le pouvoir, dans le monde de l’escalade, le savoir c’est la sécurité. Et mettez donc un casque ! » – Louis

« Quand vous faites de l’escalade en moulinette et de l’escalade en cordée, vous devez faire attention aux chutes de roches, aux vieux boulons, aux chutes potentiellement dangereuses et aux autres risques. En escalade de bloc, les risques sont liés aux zones d’atterrissage difficiles et à la gestion du matelas. Renseignez-vous sur les risques sérieux et la façon de les atténuer. » – Lucas

« Apportez suffisamment de matelas d’escalade quand vous faites du bloc et discutez avec votre pareur des zones d’atterrissage plus risquées avant de vous lancer. » – Cat Carkner

5. Gérez adéquatement les déchets

Les parois populaires peuvent rapidement devenir des dépotoirs si tout le monde ne fait pas l’effort de ramasser ses déchets. Laissez les lieux plus propres que vous ne les avez trouvés et encouragez votre groupe à faire de même.

  • Rapportez tous vos effets personnels, y compris les déchets et les restes d’aliments, et même les cœurs de pomme.
  • Pour votre karma de grimpeur, apportez un sac-poubelle et ramassez tous les déchets que vous trouvez. « Prenez cinq minutes pour ramasser les ordures, même si ce ne sont pas les vôtres », conseille Louis.
  • Si vous avez besoin d’aller au petit coin, utilisez une toilette, si possible. Il se peut donc que vous ayez à repartir plus tôt que prévu ou à marcher jusqu’au départ du sentier où se trouve une toilette sèche.
  • Lorsqu’il n’y a pas de toilette, éloignez-vous d’au moins 70 grands pas des sentiers, sites de camping et sources d’eau pour vous soulager. De grâce, n’urinez pas dans les fissures de la paroi ou les grottes. La pluie ne pourra pas laver la roche et l’odeur sera immonde !
  • Si vous ou votre animal de compagnie devez déféquer, décidez si vous creusez un trou (au moins 15 cm de profondeur) ou utilisez un sac de ramassage en fonction de l’environnement dans lequel vous êtes – un sol riche en microorganismes décompose les excréments à un rythme très différent de celui d’un sol désertique peu profond. En cas de doute, posez la question à quelqu’un du coin. Apportez un sac de plastique pour emballer votre papier hygiénique et du désinfectant pour les mains.

« Apportez un sac réutilisable pour tout rapporter (y compris vos excréments !) et ramassez les déchets que vous remarquez même s’ils ne sont pas à vous. » – Sabrina

« Je garde toujours une trousse de matériel pour la toilette dans mon sac à dos. Elle contient une truelle légère, du papier hygiénique, des sacs Ziploc et du désinfectant pour les mains. De cette façon, je ne suis pas stressée si j’ai besoin d’aller à la selle. » – Taryn

« Dans la nature, il n’y a pas de boîte d’objets perdus. Vous êtes responsable de vos affaires. J’ai vu des choses assez inusitées, mais aussi dégoûtantes en plein air. Par exemple, des sous-vêtements, des chaussettes, un chausson d’escalade, et divers vêtements. Faites une tournée des environs; c’est facile, et vous repartirez avec toutes vos affaires. » – Sarah

Group of climbers hanging out at the crag

6. Respectez les autres

Il y a beaucoup de grimpeurs sur les parois de nos jours. Soyez courtois envers les autres afin que chacun puisse passer une belle journée de grimpe.

  • Évitez les secteurs populaires en haute saison. Vous contribuerez ainsi à réduire l’impact des activités humaines et découvrirez peut-être de nouvelles voies.
  • Évitez de monopoliser une voie. Terminez votre ascension, puis laissez la place à un autre groupe de grimpeurs.
  • Rassemblez votre équipement en un seul endroit plutôt que de l’éparpiller. « Je n’ai pas encore trouvé de casiers gratuits sur un site d’escalade, explique Sabrina. Gardez vos sacs, votre manteau et vos chaussures ensemble afin de ne pas les éparpiller et d’éviter de prendre les affaires de quelqu’un d’autre au moment de partir. »
  • Évitez le bruit pour permettre aux autres grimpeurs de communiquer avec leur assureur et de profiter des sons de la nature.
  • Si les chiens sont admis (toujours vérifier d’abord), tenez-les en laisse. Ne les laissez pas chasser les animaux ou ennuyer d’autres grimpeurs lorsque vous êtes sur la paroi.
  • Montrez-vous amical. Discutez avec d’autres grimpeurs pour acquérir de nouvelles connaissances, savoir s’il y a une file d’attente ou simplement faire de nouvelles rencontres.

« La nature est fragile et doit être traitée avec douceur et respect, contrairement au mur de votre centre d’escalade où on vient de créer une nouvelle voie 5.10 aux prises roses. Restez sur les sentiers balisés et ne prenez pas de raccourcis pour être les premiers à la paroi. Tenez-vous en petit groupe pour minimiser l’érosion de la zone au pied de la falaise. » – Sabrina

La musique sur les sites d’escalade

Fait amusant : lorsque nous avons parlé à nos ambassadeurs, presque tous ont mentionné le sujet de la musique à la paroi. Verdict ? Pas de musique. « Une chose qui peut échapper à bon nombre de grimpeurs habitués aux centres, c’est que même si la musique est omniprésente à l’intérieur, il n’en est pas question à l’extérieur. Gardez vos listes de musique pour la voiture », recommande Tosh.

« Oubliez les haut-parleurs : la communication entre les grimpeurs est un élément important pour la prévention des accidents, et il est difficile de se faire entendre si une musique assourdissante ou des solos de guitare vous enterrent. Sans compter que des gens autour de vous grimpent peut-être en cordée pour la première fois, se concentrent sur un placement de pied difficile ou profitent simplement du chant des oiseaux. Parlez à voix basse et gardez en tête que vous partagez l’espace. » – Sabrina

« J’ai l’air intransigeante, mais croyez-moi, à l’époque, j’étais vraiment pour la musique à la paroi. Cependant, à mesure que la popularité de notre sport grandit et qu’il y a de plus en plus de monde dans des espaces naturels restreints, je crois qu’il est impératif de se montrer respectueux les uns envers les autres et d’assurer l’ordre et la tranquillité de ces espaces. Et je ne dis pas cela pour jouer les rabat-joie. Un site très achalandé, bruyant et chaotique peut poser un réel danger en empêchant une communication efficace entre le grimpeur et l’assureur. » – Sarah

7. Marchez et campez sur des surfaces durables

Faites de la randonnée, de l’escalade, du camping ou relaxez sur des surfaces durables comme la roche, le gravier et la terre battue. De cette façon, vous protégerez la végétation fragile.

  • Utilisez les sentiers aménagés pour accéder aux parois et aux descentes.
  • Sortez le matériel de votre sac et placez les matelas pour l’escalade de bloc en veillant à ne pas piétiner les plantes.
  • N’utilisez pas les arbres comme ancrages. Si vous devez créer un ancrage à partir d’un arbre, utilisez une large sangle plutôt que de glisser la corde directement autour du tronc.
  • Si vous comptez passer la nuit à la paroi, plantez votre tente sur un site aménagé plutôt que d’en improviser un.
Four climbers walking on a trail to the climbing area

8. Laissez intact ce que vous trouvez

Passer du temps dans la nature est l’un des principaux avantages de l’escalade extérieure. Laissez la paroi naturelle pour que d’autres puissent aussi en profiter. De cette façon, vous contribuerez aussi à préserver les écosystèmes, ce qui fera plaisir à dame Nature.

  • Laissez les roches, les plantes et les artefacts là où ils sont.
  • Utilisez la craie le moins possible sur la roche et effacez les marques à la fin de votre journée.

9. Réduisez l’impact des feux de camp

Si les feux de camp sont permis à votre emplacement de camping et que vous choisissez d’en faire un, réduisez autant que possible votre impact. Les feux laissent une marque sur le sol et peuvent mener à la surexploitation du bois de feu ou à des feux de forêt dévastateurs.

  • Vérifiez à l’avance les règles en matière de feux.
  • Pour le bois d’allumage, ramassez des branches mortes que vous trouvez au sol. Ne coupez pas les arbres (ceux-ci ne brûlent pas bien de toute façon).
  • Faites votre feu dans l’emplacement prévu à cet effet.
  • Gardez votre feu de camp petit pour économiser le bois et l’éteindre plus facilement.
  • Éteignez-le complètement quand vous avez fini. Assurez-vous que les braises sont froides et qu’elles ne risquent pas de se rallumer.

10. Respectez la faune

Vous n’êtes qu’un visiteur sur le site d’escalade, mais les animaux y vivent. Respectez-les et respectez leur environnement.

  • Durant votre progression, portez attention avant de placer vos pieds et vos mains pour ne pas déranger un nid d’oiseau ou vous faire mordre par un animal caché.
  • Respectez les fermetures de routes saisonnières qui visent à protéger les oiseaux nicheurs, comme les faucons pèlerins.
  • Ne nourrissez pas les animaux. Les écureuils et les oiseaux sont mignons, mais ne cédez pas; ce n’est pas bon pour eux. Gardez aussi vos aliments et déchets hors d’atteinte pendant que vous grimpez.

11. Tirez plaisir de cette étape d’apprentissage

L’escalade extérieure vous ouvre un monde de possibilités au-delà des centres – prenez le temps de bien apprendre les bases et profitez de l’effet de nouveauté que procure votre statut de débutant. « Il n’est pas nécessaire de fixer vos objectifs en fonction de la cotation des voies, dit Cat. Vous pouvez simplement tenter des voies qui vous semblent intéressantes ! Amusez-vous et profitez de votre temps dans la nature. »

Rock climber showing dirty hands

Il est de votre responsabilité de grimper en toute sécurité. Vous devriez toujours apprendre les bonnes techniques d’escalade et de sécurité dans le cadre d’un cours d’escalade ou avec un mentor expérimenté. Cet article ne remplace pas une formation appropriée.

Articles connexes

 

Cat Carkner rock climbing
MEC Ambassadors

Aficionados des activités de plein air soutenus par MEC, ils ouvrent la voie, innovent, testent le matériel sur le terrain et nous inspirent à suivre leur pas, dehors.