Climber looking focussed with climbing holds behind

Stratégies mentales pour vous améliorer en escalade

Que l’escalade soit devenue une passion pour vous dans la dernière année ou il y a vingt ans, il est important de développer un dialogue interne qui vous aide à vous motiver pour atteindre votre plein potentiel. De la même façon que vous entraînez vos muscles, vous pouvez entraîner votre cerveau.

J’essaie depuis quelque temps de recentrer mes pensées et j’ai remarqué que cette démarche change la façon dont j’approche l’escalade. Voici quelques pensées que j’avais pris l’habitude de me répéter, suivies de conseils pour inverser le dialogue.

Se comparer aux autres

Si vous vous dites : « Wow, cette personne est vraiment forte. Elle vient de réussir ce problème tellement facilement. Comment peut-elle y arriver? Je n’aurai jamais cette force. »

Essentiellement, cette pensée équivaut à croire que tout le monde au gym sait ce qu’il fait, sauf vous. Mais en réalité, toutes les personnes qui vous entourent ont déjà été débutantes ou ont déjà essayé un problème difficile pour la première fois. Plutôt que de concentrer vos énergies sur ce que vous n’arrivez pas à faire (dans l’immédiat), pensez à tout le travail et la pratique que cette personne a investis pour réussir, et mettez-vous au défi de faire la même chose.

Nouvelle façon de penser : « Wow, cette personne est vraiment forte! Elle vient de réussir ce problème du premier coup. Je veux m’améliorer, alors je vais continuer à essayer des blocs et à m’entraîner. »

Climber hanging from a hangboard

Sentir qu’on stagne (et de la solitude)

Si vous vous dites : « J’ai essayé ce problème un million de fois, et je n’arrive à rien. C’est vraiment difficile – je suis incapable de me trouver une séquence. Qu’est-ce que je fais qui ne fonctionne pas? Je veux réussir avant cette autre personne qui l’essaie. »

Bien que ce soit tout à fait humain de se sentir en compétition et que cela puisse vous inciter à repousser vos limites, il y a des moments où ces sentiments peuvent jouer contre vous et vous faire manquer de belles occasions de collaborer avec vos pairs pour résoudre des problèmes plus rapidement. Lorsque vous êtes réceptif·ve·s aux autres grimpeur·euse·s du même niveau (ou de niveau plus avancé), vous pouvez profiter de leurs habiletés et de leurs forces (que vous n’avez peut-être pas encore développées).

Nouvelle façon de penser : « J’ai essayé ce problème un million de fois, et je n’arrive à rien. Cette personne parvient à bien faire le croisé.  Je vais lui demander comment elle s’y prend. … »Salut! Comment tu réussis à attraper cette prise avec la main gauche? Je vais essayer de cette façon, merci! » »

Two climbers sitting at a bouldering gym, pointing at a route

Sentir qu’on stagne (et un peu de jalousie)

Si vous vous dites : « Cette personne a réussi le bloc du premier coup. J’ai travaillé ce problème toute la soirée, et elle le grimpe flash. »

C’est frustrant de passer une heure à essayer le même problème sans faire de progrès, puis de voir quelqu’un le réussir vraiment facilement.  On peut le ressentir comme si la personne le faisait exprès, juste pour titiller notre jalousie.  Cependant, si vous souhaitez vous améliorer, vous mettrez vos sentiments de côté pour bien étudier les mouvements de la personne d’une prise à l’autre. Puis, vous mémoriserez la séquence pour ensuite tenter de mettre en application ces observations.

Nouvelle façon de penser : « Wow, cette personne a réussi le bloc du premier coup. Elle a tourné la hanche droite vers l’intérieur, puis a bougé le pied gauche pour atteindre la prise de la main droite. Je vais me reposer pendant 10 minutes pour ensuite essayer cette séquence. »

Climber in a gym, looking up at a big blue climbing hold

Se rabaisser

Si vous vous dites : « C’est trop difficile. Je grimpe comme un pied. »

Bien que ce genre de pensées puissent sembler anodines sur le coup, elles peuvent vous empêcher de vous améliorer si vous prenez l’habitude de vous les répéter. C’est normal de vivre de la frustration, en particulier quand notre cerveau sait qu’on veut réussir, mais que notre corps refuse de collaborer. Il est important de prendre une pause du problème ou de la voie que vous essayez lorsque vous en venez à vous rabaisser. Rigolez avec des amis, écoutez de la musique ou grimpez une ligne différente. Sortez de cet état d’esprit. De cette façon, si vous essayez la voie à nouveau, vous grimperez de façon plus légère, libéré·e de vos propres attentes.

Nouvelle façon de penser : « C’est tellement difficile. Je vais écouter de la musique ou aller faire une promenade. Lorsque mon esprit sera plus léger, je pourrai essayer à nouveau, mais sans attentes. »

Sabrina Chapman climbing outdoors, looking up

S’autosaboter

Si vous vous dites : « Ok, c’est le temps de faire des essais d’enchaînement. Je fais ces mouvements vraiment facilement. Oh, mais je déteste cette prise. Je devrais réajuster la main. Non, pas comme ça, ma main gauche se fatigue. Où sont les prises de pied? Ça ne va pas du tout. Pourquoi cette prise est si mauvaise? Je ne peux plus tenir. Je tombe! »

Si vous croyez qu’il est temps de faire des essais d’enchaînement dans votre projet, vous devez avoir une bonne compréhension des prises que vous aurez à tenir et des mouvements que vous aurez à faire. Je trouve utile de visualiser mon ascension de la voie en entier, du début à la fin. Je m’imagine que je me rends à cette mauvaise prise, en sachant et en acceptant qu’elle ne soit pas aussi bonne que je l’aurais voulu, et que je déploie un effort ultime pour la tenir et bouger vers la prochaine prise. Je me prépare à ne pas passer trop de temps à réajuster la main, puisque je sais que ça va me fatiguer et que ça ne rendra pas la prise meilleure.

Nouvelle façon de penser : « Ok, c’est le temps de faire des essais d’enchaînement. Je me sens bien, et je fais ces mouvements vraiment facilement. Prise main gauche, pied droit vers l’extérieur, puis j’attrape la prise main droite! Wow, ça a bien été! »

Sabrina Chapman climbing outdoors, looking focussed

L’escalade est un sport qui nécessite à la fois de la force et un savoir-faire.  Bien qu’il soit facile de se laisser prendre par les dernières tendances vues sur Instagram, le simple fait de prendre conscience de vos pensées et d’adopter une attitude plus positive vous aidera à vous améliorer. Ce qui pourrait être aussi satisfaisant que de réussir à faire une traction à un bras. Peut-être.

Sabrina 1x1
Sabrina Chapman

Ambassadrice d’escalade MEC en quête perpétuelle de connexion entre son corps et son esprit dans le monde naturel. Elle adore les petites réglettes et les séquences étranges.