tent-mountains-auyuittuq-park-GettyImages-621237768

Nord vrai : 6 parcs nationaux canadiens plutôt reculés

Le Canada ne manque pas de milieux naturels à visiter. En effet, avec près de 50 parcs nationaux et réserves, les possibilités d’exploration dans notre vaste arrière-cour sont illimitées. Certains parcs sont très populaires. Par exemple, l’an dernier, le parc national Banff a attiré 3,8 millions de visiteurs, mais certains parcs ont accueilli moins de 5 personnes. Et si vous êtes comme moi, il s’agit d’un argument de vente non négligeable.

Ces 6 parcs du Nord prouvent que la meilleure façon de vraiment se sentir au sommet du monde est de s’y rendre tout simplement. Il ne faut toutefois pas vous attendre à accéder à ces parcs en voiture, car ils se trouvent nettement hors des sentiers battus. Aventurez-vous hors de portée cellulaire et au sein de certains des endroits les plus époustouflants et inspirants de la planète.

Ce billet est votre point de départ pour découvrir de nouveaux endroits.

parc national Sirmilik, Nunavut

Nombre de visiteurs en 2016 : 237
Son nom signifie « l’endroit des glaciers » en inuktitut.

Sirmilik National Park, Nunavut

Photo de Parcs Canada

Situé au nord de l’île de Baffin et adjacent au passage du Nord-Ouest, le parc national Sirmilik est celui qui est le plus visité parmi ceux présentés dans cette liste. Bien que les extraordinaires glaciers, cheminées de fée, paysages de roche aux couleurs multiples et les possibilités exceptionnelles de randonnées et de sorties en kayak de mer et en ski de haute route constituent les principales raisons qui attirent les visiteurs, le parc est populaire aussi parce qu’il est l’un des parcs les plus accessibles parmi les parcs canadiens reculés. Puisqu’il y a régulièrement des vols en provenance et en partance de Pond Inlet ou d’Artic Bay, vous n’avez pas à planifier vos liaisons aériennes. Vous devrez toutefois organiser le transport jusqu’au parc avec des guides locaux après l’atterrissage.

Recommandations : Planifiez une visite guidée et gardez vos yeux ouverts, car le parc sert d’habitat à plus de 40 espèces d’oiseaux. Vous pouvez aussi faire du kayak de mer en naviguant entre les masses de glace tout en croisant des phoques annelés, des baleines en migration, y compris des orques, des bélugas et des narvals.

parc national Wapusk, Manitoba

Nombre de visiteurs en 2016 : 231
Wapusk est le mot cri pour « ours blanc ».

Wapusk National Park, Manitoba

Photo de Parcs Canada

La Baie d’Hudson borde la frontière la plus à l’est du parc national Wapusk et, comme son nom l’indique, le parc sert d’habitat à la population d’ours polaires. En fait, ces grands mammifères constituent la raison principale qui incite les gens à venir faire de la randonnée sur la toundra glacée de ce parc, malgré l’absence de sentiers et de routes. Wapusk sert d’habitat et de zone protégée à la plus grande aire de retraite estivale des ours blancs de la planète. À la fin octobre et au début de novembre, environ 1000 ours polaires se déplacent à travers la région du parc Cape Churchill. Le parc sert aussi d’habitat à environ 3000 caribous, ainsi qu’à des orignaux, des renards roux et des carcajous.

Recommandations : Apportez beaucoup de vêtements chauds et un appareil photo. Durant des expéditions d’observation de la faune, il y a de fortes chances que vous croisiez une mère ourse et son ourson.

parc national Ivvavik, Yukon

Nombre de visiteurs en 2016 : 127
Ivvavik signifie « lieu pour mettre au monde » ou « lieu de naissance » en inuvialuktun.

Ivvavik National Park, Yukon Territory

Photo de Parcs Canada

Si vous croyez réellement que l’aventure fait partie du voyage, vous devez visiter le parc national Ivvavik. S’étendant sur le nord-ouest du Yukon, ce parc comporte des accès délicieusement complexes, ainsi que des sentiers de randonnée arctique jusqu’à l’un de ses sommets célèbres et le long de crêtes alpines. Vous pouvez accéder aux sommets à partir du camp de base du ruisseau Sheep.

Recommandations : Comme son nom l’indique, il s’agit d’un endroit où de nombreuses espèces viennent accoucher. Allez-y durant l’été et filez vers la rivière Firth pour observer la grande migration des troupeaux de caribous.

parc national Quttinirpaaq, Nunavut

Nombre de visiteurs en 2016 : 17
Son nom signifie « toit du monde » en inuktitut.

Quttinirpaaq National Park, Nunavut

Photo de Parcs Canada

Vous êtes à la recherche du parc national canadien le plus reculé du pays ? Ne cherchez pas plus loin. Le parc Quttinirpaaq est situé dans le nord-est de l’île d’Ellesmere et s’étend jusqu’à la calotte polaire, touchant le point culminant de l’Amérique du Nord.
La région est truffée de glaciers, de rivières, de banquises polaires, de déserts de toundra, de falaises et de sommets abrupts. Il s’agit de la terre du soleil de minuit avec un univers paradoxalement austère et florissant.  Sur terre, les randonneurs intrépides pourront apercevoir des bœufs musqués, des caribous et des lièvres arctiques dans un paysage parsemé de saules de l’Arctique et de saxifrages. Les eaux environnantes servent d’habitat pour les morses, les phoques et les narvals.

Recommandations : En raison des coûts de transports et de logistiques considérables, on vous suggère de commencer à mettre des sous de côté. Pour en avoir pour votre argent, planifiez votre voyage entre avril et mai, période à laquelle vous pouvez éviter les dangereuses fontes des glaces en été.

parc national Tuktut Nogait, Territoires du Nord-Ouest

Nombre de visiteurs en 2016 : 4
Tuktut Nogait signifie « jeune caribou » en inuvialukton.

Tuktut Nogait National Park, Northwest Territories

Photo de Parcs Canada

Le parc national Tuktut Nogait est situé à 170 kilomètres au nord du cercle arctique. Avec ses toundras ondulantes et ses espaces sauvages à perte de vue, le Tuktut Nogait est le joyau de la couronne des parcs nationaux du Canada.

Puisqu’il couvre une superficie de plus de 16 000 km2, apportez votre GPS. Le parc abrite aussi des sites archéologiques qui datent de 1200 à 1500 apr. J.-C. Avec des canyons profonds et des cascades majestueuses, le parc offre de vastes étendues arctiques où fourmillent des animaux sauvages incroyables. Même si la terre a l’air stérile, elle est peuplée depuis des milliers d’années. Aujourd’hui, les résidents Paulatak continuent de pêcher, de récolter des baies et de trapper.

Recommandations : On vous suggère d’y aller en été, car les hivers sont particulièrement rigoureux. Durant les mois les plus chauds, vous pouvez faire de la randonnée sur la terre étonnamment stérile ou dans les canyons de la rivière Hornaday.

Parc national des monts Torngat, Nord du Labrador

Le nom de cette région, torngat, dans la langue Inuktitut signifie « lieu habité par les esprits ».
Nombre de visiteurs en 2016 : inconnu

Torngat Mountain National Park, Northern Labrador

Photo de Parcs Canada

Les Inuits et leurs prédécesseurs occupent les monts Torngat depuis des milliers d’années. Les paysages extrêmement variés de la région sont truffés de montagnes majestueuses (les plus hautes du Canada continental à l’est des Rocheuses !) et de plans d’eaux remplies de glaciers, sans oublier le substratum rocheux du plateau de la George. Il n’y a pas de routes, pas de signalisation ni de terrains de camping – seulement des montagnes, des glaciers et le magnifique ciel du nord.

Recommandations : Vous pouvez accéder au parc par avion, bateau ou motoneige, et vous devez vous inscrire auprès des autorités du parc avant d’aller l’explorer (les autorités des parcs reculés comme celui-ci vous invitent à discuter avec eux de vos plans avant votre arrivée). On vous suggère d’utiliser les services d’un guide inuit expérimenté qui vous aidera à voyager de façon sécuritaire tout en respectant les habitants et les animaux sauvages de la région.

Vous vous sentez inspiré ?

Voici certains autres parcs situés vraiment hors des sentiers battus : le parc national Auyuittuq au Nunavut (265 visiteurs en 2015; présenté en photo de couverture), la réserve de parc national Nahanni (1044 visiteurs) et la réserve de parc national Nááts’ihch’oh. Il va sans dire qu’un voyage vers l’un de ces parcs va exiger une planification rigoureuse, beaucoup d’équipement (et un sac à dos bien rangé), mais le jeu en vaut la chandelle.

Même si vous ne vous aventurez pas dans ces régions éloignées du nord, il existe beaucoup d’autres beaux endroits moins visités à l’échelle du Canada. Peu importe l’endroit que vous décidez de visiter, assurez-vous de suivre les principes du Sans Trace et participez à des ateliers de camping ou de randonnée dans les magasins MEC afin d’obtenir d’autres conseils pour vos aventures en plein air.

 

Hollay Ghadery
Hollay Ghadery

Rédactrice, randonneuse internationale, coureuse sur sentier, brasseuse de kombucha, elle croit fermement au pouvoir de guérison de la nature, des bibliothèques et de la famille.