Mountain Equipment Company

Course sur sentier : conseils de récupération d’Ellie Greenwood

8 mai 2017

Articles trouvés dans Activités, Astuces et conseils

En 2002, Ellie Greenwood a participé à un atelier sur la course à pied, puis s’est entraînée pour son premier marathon. Elle n’est pas si différente de nous, à l’exception que depuis ce premier marathon, elle a participé à 60 ultramarathons, a battu le record féminin à la course Western States 100 et est considérée comme l’une des meilleures ultramarathoniennes au monde. Comment fait-elle ?

En plus d’avoir une feuille de route des plus impressionnantes, Ellie nous a confié que son objectif principal était d’être encore capable de courir lorsqu’elle aura 80 ans.

Donc qu’est-ce qui distingue Ellie Greenwood du reste des coureurs ? Comment fait-elle pour récupérer après un effort aussi intense ? Nous lui avons demandé de partager ses trucs. Après tout, vous savez ce qu’on dit : pour être le meilleur, il faut récupérer avec la meilleure.

Ellie Greenwood racing with mountain backdrop
MEC : Quelle est la première chose que tu fais après une course ?

**Ellie :**Immédiatement après une course, j’essaie de me réhydrater et de refaire le plein d’énergie. Si je peux prendre une petite collation riche en glucides ou en protéines dans les 30 minutes suivant ma course, c’est l’idéal, mais ce n’est pas toujours faisable. Si la course se déroule sur une longue distance – marathon ou plus long –, j’essaie aussi de manger un repas complet dans les heures qui suivent.

Quand je finis une course, la tentation de m’asseoir est forte, mais j’essaie de rester sur mes pieds – soit en marchant dans les alentours et en m’étirant un peu pour assurer la circulation sanguine et aider mon corps à récupérer. Si un service de massothérapie est offert et si le temps me le permet, j’en profite. Pour les distances plus courtes que le marathon, je ferai probablement un petit jogging de 15 minutes à un rythme très lent pour mieux récupérer.

Que préférez-vous comme boisson, collation ou repas pour récupérer?

Généralement, je tiens seulement à m’assurer que j’ai suffisamment d’eau avec moi. Après une longue course à m’alimenter de gel et de boissons énergétiques, l’eau sans saveur a souvent un meilleur goût. S’il s’agit d’une course importante ou si j’ai fourni un effort considérable, alors je célèbre habituellement en prenant une bière en soirée. En ce qui concerne les repas, j’apprécie ce qui est simple et savoureux, comme un hamburger végétarien, des pâtes ou des sushis.

Quelle est ta routine d’exercices après une course ?

Mes exercices dépendent des parties de mon corps qui sont les plus raides après l’épreuve. Évidemment, j’essaie de détendre mes muscles avec le rouleau : quadriceps, bandelettes, mollets, hanches et autres parties que je sens raides. D’habitude, mes hanches sont ankylosées, alors la posture du pigeon est parfaite pour m’aider. Et quand je sens que mes cuisses sont tendues, j’effectue quelques flexions avant pour diminuer la raideur.

Que pensez-vous des anti-inflammatoires ?

J’évite d’en prendre. Il arrive que j’y aie recours si j’ai une inflammation particulière, mais la plupart du temps, j’essaie de m’en passer.

La meilleure façon de passer votre journée le lendemain d’une course importante ?

Si la course se déroule dans une autre ville, j’aime bien faire une visite touristique à pied. Cette marche me permet de récupérer facilement, et je m’arrête souvent dans des cafés pour éviter de faire trop travailler mes jambes. Si des amis ont aussi participé à la course, alors nous allons bruncher ensemble pour revenir sur l’événement et partager nos histoires. Enfin, si la course a eu lieu près de chez moi, j’ai l’habitude de reprendre ma place derrière mon bureau dès le lendemain pour faire mon travail : l’entraînement en ligne.

Quel est votre film de course préféré ?

Unbreakable: The Western States 100. Ce film raconte la course Western States 100 – une épreuve que j’adore – qui s’est tenue en 2010. Le réalisateur a fait un très bon travail pour recréer l’atmosphère de l’événement en montrant la fébrilité et la compétition féroce qui règnent tout au long de ce parcours de 100 miles (160 km). La musique contribue grandement à créer la tension de compétition et à tenir les spectateurs sur le bout de leur siège jusqu’à la ligne d’arrivée !

Ellie Greenwood climbing steep shale in a race

Conseils et outils pour l’entraînement

  • Faites-vous ami avec un rouleau thérapeutique et roulez en masse – il y a les modèles traditionnels, les « épineux » et ceux pour défaire les nœuds.

  • Ellie a démarré en assistant à un atelier de course – pourquoi ne pas faire de même pour améliorer vos temps et apprendre des trucs de nos experts ?

  • Si vous souhaitez passer de la route aux sentiers, lisez nos conseils pour courir en sentier.

Articles connexes


Articles récents