Skier using an avalanche beacon

Matériel de sécurité en avalanche et formation connexe

La meilleure protection contre les avalanches, c’est de ne pas vous faire prendre dedans. Avant de vous rendre dans l’arrière-pays pour skier, faire de la planche à neige ou même de la raquette, suivez un cours de sécurité en avalanche et assurez-vous de connaître les conditions de neige ainsi que le terrain que vous souhaitez explorer. Même le meilleur matériel de sécurité en avalanche vous sera inutile si vous ne savez pas comment l’utiliser, et aucun de ces articles ne peut prévenir une avalanche.

Toutes les personnes d’un groupe qui se rend dans l’arrière-pays doivent être équipées du matériel de sécurité en avalanche suivant :

  • Un détecteur de victimes d’avalanche (DVA)
  • Une sonde
  • Une pelle

« Ces outils sont essentiels, et ils fonctionnent de pair les uns avec les autres durant un sauvetage. » – James Floyer, superviseur du programme de prévision des avalanches d’Avalanche Canada

Un petit nouveau s’est récemment ajouté à la liste d’articles de sécurité en avalanche : le ballon gonflable. Nous discuterons de cette technologie plus loin dans ce billet. Et bien sûr, en plus d’avoir le bon équipement, tous les membres de votre groupe doivent avoir suivi une formation de sécurité en avalanche avant de s’aventurer dans l’arrière-pays.

Détecteurs de victimes d’avalanche

Les détecteurs de victimes d’avalanche (DVA) sont de petits appareils électroniques qui envoient un signal radio. Chaque membre du groupe doit porter son propre DVA. Si vous vous faites prendre par une avalanche et qu’une personne est ensevelie, toutes les personnes non ensevelies doivent mettre leur DVA en mode recherche et utiliser le signal pour trouver la victime sous la neige. Bien que la plupart des DVA vendus à l’heure actuelle soient très simples d’emploi, vous devriez vous exercer régulièrement à utiliser le vôtre.

Vous devez mettre en marche votre DVA dès le début de votre sortie et le faire fonctionner toute la journée (« en mode marche à l’auto, en mode veille au resto »). Avant de commencer votre randonnée, assurez-vous que le DVA de chaque membre du groupe fonctionne correctement. De nombreux DVA sont munis d’une fonction de vérification automatique de la pile au moment de la mise en marche. Consultez les recommandations du fabricant en ce qui a trait au minimum d’énergie nécessaire dans la pile et respectez-les. La météo et le type de randonnée sont également des facteurs à prendre en considération : une excursion de plusieurs jours dans des températures froides demandera plus d’énergie à votre pile qu’une sortie d’un jour par temps clément. Préparez-vous en conséquence.

Portez votre DVA près du corps, idéalement sur une couche de base et non dans une poche extérieure.

Compatibilité entre DVA

Tous les DVA sont compatibles, peu importe le fabricant. Ils utilisent tous la même fréquence pour recevoir le signal d’un autre DVA, toutes marques confondues. Les appareils diffèrent plutôt sur le plan de l’affichage de la direction de recherche, du nombre de victimes qu’ils vous permettent de chercher en même temps et de la largeur de l’aire de recherche, entre autres. Faites l’essai de différents modèles de Backcountry Access, Mammut, Black Diamond et Arva et choisissez celui qui vous paraît le plus convivial.

Mammut Barryvox avalanche transceiver

Détecteurs numériques de victimes d’avalanche

MEC vend uniquement des DVA numériques à trois antennes, ce qui correspond à la norme actuelle. Ce sont les plus faciles et rapides à utiliser, et les plus précis. Ils sont équipés d’un écran numérique indiquant la distance qui vous sépare de la victime et la direction à prendre pour commencer la recherche, et ils sont particulièrement précis pour effectuer une recherche affinée. Certains modèles comportent une fonction d’ensevelissements multiples, ce qui vous aide à filtrer les signaux parasites s’il y a plus d’une victime.


Détecteurs analogiques de victimes d’avalanche

Les modèles plus anciens de détecteurs de victimes d’avalanche utilisent la technologie analogique, qui est désormais considérée comme obsolète par Avalanche Canada. Les DVA numériques reçoivent moins bien les signaux d’un DVA analogique, ce qui crée des problèmes s’il y a plusieurs victimes. Vous ne voulez pas avoir sur vous un DVA analogique pendant la recherche, en particulier si la personne à côté de vous possède un DVA numérique.

Entretien du DVA

Peu importe le DVA que vous choisissez, lisez les recommandations du fabricant avec attention et suivez avec rigueur le calendrier d’entretien. De cette façon, votre appareil restera en bon état et il fonctionnera correctement au moment où vous en avez réellement besoin.

Sondes

Getting ready for avalanche snow probing

Une fois que vous avez déterminé l’emplacement de la personne ensevelie, il est temps de planter votre sonde. Même le signal le plus fort n’indiquera pas nécessairement l’emplacement exact de la personne en raison de la profondeur de l’ensevelissement, des débris et de l’orientation de la victime et de son DVA. La sonde sert à trouver son emplacement précis et à fournir au groupe une cible pour entreprendre la prochaine étape : pelleter.

Les sondes sont faites en aluminium ou en fibre de carbone, et ressemblent à des arceaux de tente pliables. Elles mesurent pour la plupart entre 240 et 300 cm une fois déployées. Si vous vous rendez dans des endroits où le manteau neigeux est très profond, vous pouvez vous équiper d’une sonde de 320 cm. Les sondes peuvent également servir à tester une corniche ou un pont de neige au-dessus d’une crevasse et à évaluer la profondeur du manteau neigeux (les modèles de 320 cm fonctionnent bien pour accomplir cette tâche).

Vérifiez toujours si votre sonde est en bon état puisque les mécanismes de blocage ont tendance à s’user lorsque vous l’utilisez régulièrement. La dernière chose que vous souhaitez, c’est que votre sonde se brise au beau milieu d’une opération de sauvetage.

Pelles

S’il est essentiel de trouver rapidement l’emplacement de la victime, c’est souvent en pelletant avec efficacité que vous réussirez à gagner le plus de temps. Dans les secondes suivant une avalanche, même la poudreuse fraîche devient si dense que vous ne pourrez y enfoncer votre main. Vous avez donc besoin d’une pelle robuste. Voici quelques conseils pour bien choisir une pelle destinée à l’arrière-pays :

  • Privilégier une lame faite en métal solide qui ne se brisera pas dans de la neige dure comme de la roche. Pas de pelle en plastique.
  • Assurez-vous que la pelle entre dans votre sac à dos.
  • La plupart des pelles comportent une poignée en T, en L ou en D. Si vous recherchez un modèle léger et compact, optez pour une poignée en T ou en L. Si vous préférez avoir une pelle confortable à manipuler avec des gants, la poignée en D est votre meilleure option.
  • Certains modèles sont dotés d’un manche télescopique afin d’accroître l’effet de levier lorsque vous pelletez.

La chose la plus importante à retenir au sujet des pelles ? Il faut que tout le monde dans le groupe en possède une. Prenez la peine de vous exercer à pelleter en groupe de deux ou trois personnes afin de devenir le plus efficace possible. Pendant votre formation de sécurité en avalanche, vous apprendrez quelles sont les méthodes de pelletage les plus rapides.

Formation de sécurité en avalanche

Pendant votre cours de sécurité en avalanche, vous apprendrez, entre autres, à pelleter de façon efficace en groupe.

Apprenez à vous servir de votre équipement et utilisez-le souvent pour vous exercer. Suivez le cours d’introduction à la sécurité en avalanche (CSA 1) afin de développer des compétences essentielles et de découvrir les outils qui vous aideront à prendre les bonnes décisions. Nous vous recommandons également de suivre le cours d’un jour sur le sauvetage autonome. Si vous le pouvez, suivez le cours avec vos amis ou vos compagnons d’arrière-pays, ce qui vous permettra d’apprendre en groupe et de vous exercer ensemble. Souvenez-vous que vous devrez compter les uns sur les autres en cas de sauvetage.

« Vous voulez un bel exemple qui confirme l’importance d’une bonne formation ? Regardez cette histoire inspirante : Rescue at Cherry Bowl [en anglais seulement]. Trois personnes ont été sauvées parce que leurs secouristes savaient quoi faire, et parce qu’ils l’ont fait vite. » – Mary Clayton, Avalanche Canada

Location gratuite d’une trousse de sécurité en avalanche

Dans le cadre de notre soutien continu envers Avalanche Québec et Avalanche Canada, ainsi que de nos efforts de sensibilisation en matière de sécurité en milieu sauvage, les membres qui participent à un cours de sécurité en avalanche (CSA) peuvent emprunter sans frais une trousse de sécurité en avalanche dans tout magasin MEC qui loue de l’équipement de sécurité en avalanche.

« Si vous souhaitez obtenir de l’information de base avant de suivre le cours, cliquez sur l’onglet Learn du site avalanche.ca (en anglais seulement). Nous avons de très bons outils éducatifs en ligne pour vous aider à entreprendre votre apprentissage en matière de sécurité dans l’arrière-pays. » – Mary Clayton, Avalanche Canada

Le site avalanchequebec.ca offre également un cours en ligne qui permet aux personnes intéressées de bien se préparer au cours de sécurité en avalanche CSA 1. Cliquez sur Formations, sous l’onglet Éducation.

Ballons gonflables

Two different avalanche airbags

Depuis quelques années, les sacs à dos équipés d’un ballon gonflable (qu’on appelle parfois sac à dos d’avalanche) gagnent en popularité. Ils sont conçus pour aider la personne qui le porte à rester en surface pendant une avalanche, en plus de contribuer à sa visibilité et de lui offrir une protection contre les traumas souvent fatals qui surviennent pendant une avalanche.

Comment fonctionne un sac à dos doté d’un ballon gonflable ?

En cas d’avalanche, la personne qui porte ce type de sac à dos doit tirer sur une gâchette pour gonfler le ballon; il ne se gonfle pas automatiquement comme dans les voitures. Certains fabricants utilisent des cartouches d’air comprimé et d’autres ont conçu des ventilateurs à alimentation électronique (comme Arc’teryx avec son sac à dos Voltair et Black Diamond avec la technologie JetForce).

Le ballon reste gonflé pendant quelques minutes, ce qui augmente considérablement le volume de la personne pour l’aider à rester le plus près de la surface possible alors qu’elle se fait emporter par les débris en mouvement. Il offre également une certaine protection pour la tête et le cou. L’efficacité du ballon gonflable dépend grandement de l’emplacement de la victime sur les débris d’avalanche. Si vous vous faites prendre en bas d’une avalanche ou dans une dépression, le ballon gonflable ne vous tirera pas vers la surface.

Vous devez absolument savoir comment utiliser votre ballon gonflable de façon appropriée, plus précisément comment l’installer dans votre sac à dos, le porter et le déployer. Un ballon gonflable n’offre pas la garantie de vous garder en sécurité, et il ne remplace pas votre DVA, votre sonde et votre pelle, ni votre cours de sécurité en avalanche.

Voyager par avion avec un ballon gonflable

Vous souhaitez voyager à bord d’un avion avec un ballon gonflable ? Vérifiez d’abord si les politiques du transporteur vous permettent d’apporter une cartouche pleine. Dans certains cas, vous serez peut-être contraint d’apporter une cartouche vide que vous devrez remplir une fois à destination, ou encore opter pour la technologie électronique.