Surfer on a big wave in a wetsuit

Comment choisir une combinaison isothermique

Que vous soyez un surfeur à l’assaut de vagues sous les tropiques, un triathlonien qui nage en eau libre ou un pagayeur voulant prévenir les risques d’immersion soudaine en eau froide, une combinaison isothermique est indispensable. Les combinaisons isothermiques assurent votre confort dans les eaux froides ou glaciales en retenant près de votre peau une mince couche d’eau que votre corps réchauffe, ce qui crée une barrière thermique.

Le large éventail de modèles offerts sur le marché peut sembler rebutant, mais vous pouvez cibler votre combinaison isothermique idéale en gardant quelques éléments en tête :

  • La température de l’eau : Le choix de l’épaisseur d’une combinaison isothermique est tributaire de la température de l’eau.
  • Le type d’activité que vous prévoyez pratiquer : Il existe des combinaisons isothermiques qui sont conçues spécialement pour le surf, la natation, le surf à pagaie et le kayak.
  • Un modèle adapté à votre morphologie : Une combinaison isothermique bien ajustée va empêcher les entrées d’eau de remplacer la fine couche d’eau chaude piégée entre le vêtement et la peau.
  • Les caractéristiques de conception de la combinaison : Apprenez comment les glissières et les coutures peuvent avoir une incidence sur la chaleur.
  • Les accessoires utiles : Certains accessoires peuvent contribuer à vous garder davantage au chaud.

TEMPÉRATURE DE L’EAU ET ÉPAISSEUR DU NÉOPRÈNE

Surfer with icicles on wetsuit

Le néoprène est l’ingrédient magique qui se trouve dans les combinaisons isothermiques. Il s’agit d’un caoutchouc synthétique extensible utilisé pour fabriquer toutes sortes de produits, des joints d’étanchéité de boyaux aux vêtements haute couture. Le néoprène servant à fabriquer des combinaisons isothermiques contient des bulles d’azote afin d’améliorer l’extensibilité et les propriétés isolantes.

« Même si la majorité du néoprène d’aujourd’hui est fabriqué à base de produits pétrochimiques, certaines marques utilisent du néoprène fait à partir d’un processus de fabrication à base de calcaire nécessitant moins de pétrole.

Certaines combinaisons isothermiques utilisent aussi des fils teints dans la masse, ce qui aide à réduire le bilan carbone tout en offrant une meilleure résistance à la décoloration. »

– Joël Mertens, ingénieur à l’intégrité des technologies des matériaux chez MEC

Épaisseur du néoprène

La température de l’eau où (et quand) vous surfez, nagez ou pagayez influe considérablement sur l’épaisseur de la combinaison isothermique que vous devriez choisir. Le néoprène est décliné en une variété d’épaisseur; plus la combinaison est épaisse, plus elle vous réchauffera.

Si vous remarquez un seul numéro sur une combinaison isothermique (p. ex., 2 mm), cela correspond à l’épaisseur du néoprène utilisé pour l’ensemble du vêtement. Lorsqu’il y a deux numéros (p. ex. 4-3), cela signifie que la combinaison présente deux épaisseurs de néoprène. Un matériau plus épais est utilisé autour du tronc pour assurer chaleur et flottabilité, alors qu’on utilise un matériau plus mince au niveau des bras et des jambes pour accroître la liberté de mouvement. Certains modèles présentent même trois différentes épaisseurs ou plus.

Il existe de nombreux guides de température pour vous aiguiller dans votre choix d’épaisseur. De plus, d’autres facteurs comme le vent, la température de l’air, vos préférences personnelles et la durée de vos sorties dans l’eau peuvent aussi vous aider à choisir l’épaisseur de la combinaison isothermique qu’il vous faut. Voici quelques règles générales pour débuter :

Tableau des températures des combinaisons isothermiques

Température de l’eau Épaisseur du néoprène Conseils
8 °C et moins 6-5 mm Combinaison intégrale avec capuchon, ajouter bottillons de 7 mm et mitaines de 7 mm (plus chaudes que des gants)
8 à 12 °C 5-4 mm Combinaison intégrale avec capuchon, ajouter bottillons de 5 mm et mitaines de 5 mm
9 à 13 °C 4-3 mm Combinaison intégrale avec capuchon, ajouter bottillons de 3 mm et mitaines de 3-4 mm
11 à 14 °C 4-3 mm Combinaison intégrale, ajouter bottillons de 3 mm et mitaines de 1,5-2 mm Vous pouvez aussi enfiler une cagoule.
13 à 18 °C 2 mm ou 3-2 mm Combinaison intégrale
17 à 20 °C 2 mm Combinaison intégrale, combinaison isothermique courte (spring suit) ou combinaison sans manches
18 à 21 °C 2 mm Combinaison isothermique courte (spring suit ou shorty)
21 à 23 °C 1 à 2 mm Combinaison isothermique courte (spring suit ou shorty) ou haut en néoprène avec short en néoprène
23 °C et plus Pas besoin de combinaison Oubliez la combinaison isothermique et enfilez un maillot de surf pour vous protéger des rayons UV.

Certaines combinaisons conçues pour les eaux froides comportent une doublure douce à l’intérieur afin de procurer une chaleur accrue sans accroître le volume.

« Durant les journées très froides, nous apportons des bouteilles d’eau chaude que nous versons dans nos combinaisons avant d’entrer dans l’eau. Du coup, le corps n’a pas besoin de réchauffer l’eau emprisonnée dans votre combinaison. Assurez-vous seulement que l’eau n’est pas trop chaude ! » – Antonio L. de Surf the Greats, un partenaire de Génération plein air MEC

À chaque activité sa combinaison

Le type d’activité que vous prévoyez pratiquer va considérablement influer sur votre choix de combinaison. Renseignez-vous sur les modèles conçus pour le surf, le triathlon, la nage en eau libre, le surf à pagaie et le kayak.

Combinaisons isothermiques pour le surf

Surfer running into the water

Les surfeurs peuvent choisir parmi la plus vaste sélection de combinaisons isothermiques sur le marché. Il existe des modèles conçus pour affronter toutes les températures d’eau, de l’Indonésie à l’Islande.

MEC Fusion Shorty wetsuit

Combinaisons isothermiques courtes

Également appelées shorties ou spring suits en anglais (littéralement « combinaisons de printemps »), elles sont dotées de manches et de jambes courtes. (Remarque : les springs suits font davantage référence au printemps du sud de la Californie qu’à celui du Canada.) Le matériau relativement mince et les manches courtes facilitent les coups de pagaie. Ce type de combinaison est parfait lorsqu’il fait un peu trop froid pour faire du surf avec un maillot de bain ou de surf seulement.


MEC Fusion 4/3 wetsuit

Combinaisons isothermiques intégrales

Également appelées steamers en anglais, elles sont généralement portées pour surfer sur des vagues froides aux quatre coins du globe. Les combinaisons intégrales sont généralement plus épaisses et plus résistantes aux entrées d’eau que les combinaisons isothermiques courtes. Elles conviennent aux sorties estivales dans le sud des Grands Lacs ou sur les côtes est et ouest du Canada. Bon nombre de surfeurs peuvent aussi porter une combinaison intégrale de 4-3 mm d’épaisseur tard dans l’intersaison avec une cagoule, des gants et des bottillons.


Xcel hooded full wetsuit

Combinaisons isothermiques intégrales avec capuchon

Les combinaisons isothermiques intégrales avec un capuchon intégré sont conçues pour les températures les plus froides que les surfeurs affronteront. Certains modèles comportent une doublure intérieure pour une chaleur accrue. Une combinaison isothermique 5-4 à capuchon peut être utilisée toute l’année sur la côte ouest (comme à Tofino), dans les vagues néo-écossaises (comme à Lawrencetown) et dans le sud des Grands Lacs, sauf durant les périodes les plus froides de l’année. Sur le lac Supérieur en hiver ou durant des périodes de froid semblables, optez pour une combinaison plus épaisse (p. ex., 6-5-4).


« Si vous ne pouvez vous permettre qu’une seule combinaison isothermique, optez pour une 4-3 mm, car c’est un modèle polyvalent qui peut être porté tard dans l’automne et au début du printemps. Toutefois, si vous prévoyez faire du surf en hiver, assurez-vous de porter au moins une cagoule 5-4 , des bottillons et des mitaines de 7 mm d’épaisseur. » – Antonio L. de Surf the Greats, un partenaire de Génération plein air MEC

Triathlons et nage en eau libre

En plus de procurer de la chaleur, les combinaisons isothermiques pour les triathloniens et les nageurs en eau libre offrent de la flottabilité et présentent une coupe profilée. Les nageurs portant une combinaison de triathlon bien ajustée peuvent retrancher de précieuses secondes par kilomètres. Des combinaisons dotées de glissières dans le dos comptent parmi les modèles les plus populaires. Toutefois, certains athlètes (notamment les bons nageurs) misent sur des combinaisons sans manches pour favoriser la mobilité, au détriment de l’isolation et de la flottabilité.

Les modèles pour triathlon diffèrent un peu des autres combinaisons isothermiques :

  • Ils sont dotés d’un revêtement extérieur lisse qui réduit la résistance dans l’eau.
  • Ils comportent des panneaux en néoprène plus épais autour du tronc pour augmenter la flottabilité, ainsi que des panneaux plus minces et plus extensibles aux endroits où la mobilité est cruciale (comme les bras et les jambes).
  • Les combinaisons isothermiques pour triathlon sont super souples. Toutefois, elles durent moins longtemps et sont plus difficiles à enfiler. En effet, ça prend toute une technique pour enfiler ce type de combinaison. De plus, faites attention de ne pas la déchirer ou de ne pas l’entailler durant le processus.

Combinaison de triathlon pour la compétition vs combinaison pour un usage récréatif

Contrairement aux combinaisons conçues pour le surf, l’épaisseur du néoprène est un facteur décisif moins important si vous êtes un nageur en eau libre. Penchez-vous plutôt sur les caractéristiques techniques relatives à la vitesse et à votre niveau de compétence en natation.

Si vous avez des objectifs précis à atteindre et que vous voulez être compétitif durant vos triathlons et vos événements de natation en eau libre, misez sur la combinaison isothermique la plus évoluée que vous pouvez vous payer. Les combinaisons les plus évoluées sont souvent dotées de détails de fabrication pour améliorer l’efficacité et favoriser la technique de nage. Certains modèles comportent des rainures aux avant-bras pour favoriser les mouvements de nage ou sont conçus pour mieux garder les coudes haut durant le crawl (de nombreux nageurs baissent leurs coudes lorsque la fatigue s’installe). Les combinaisons de qualité supérieure vous aident aussi à maintenir une bonne posture dans l’eau grâce aux différentes épaisseurs de néoprène stratégiquement placées.

Si vous nagez en eau libre de façon récréative ou si vous préparez votre premier triathlon, une combinaison d’entrée de gamme devrait répondre à tous vos besoins.

Kayak et surf à pagaie

Contrairement aux surfeurs et aux nageurs, les adeptes de surf à pagaie et de kayak peuvent porter des couches imper-respirantes, comme des combinaisons étanches, des anoraks nautiques et des hauts nautiques. Alors, pourquoi porter une combinaison isothermique en kayak ou en surf à pagaie ? Le prix abordable est un facteur important. Même si elles ne sont pas aussi sécuritaires en eau froide qu’une combinaison étanche, les combinaisons isothermiques bonnes pour le kayak ou le surf à pagaie coûtent une fraction du prix et (si on les combine à un haut nautique) offrent une protection efficace pour une assez grande variété de températures.

« Je porte toujours une combinaison plus épaisse de 5-4 mm lorsque je fais du surf à pagaie sur une rivière, car j’aime bien le rembourrage supplémentaire quand je tombe dans les rapides.» – Bruce Kirkby, ambassadeur MEC – Aventure

Combinaisons isothermiques sans manches

À titre de pagayeur, vous passerez sans doute plus de temps sur l’eau que dedans (du moins, nous vous le souhaitons). Vous devriez donc miser sur une combinaison avec des caractéristiques différentes que celles qui se trouvent sur celles pour surfeurs et nageurs. Puisque la mobilité des bras et des épaules est cruciale pour pagayer, les combinaisons sans manches sont recommandées dans la plupart des situations.

Également connues sous les noms de Farmer Jane et Farmer John en anglais, les combinaisons sans manches sont idéales. Cette conception sans manches résiste moins bien aux entrées d’eau que les autres combinaisons isothermiques, mais vous pouvez minimiser cet inconvénient en remontant rapidement sur votre planche ou sur votre kayak. En portant une combinaison sans manches avec un maillot de surf isolant et un haut étanche, vous serez bien protégé contre les immersions en eau froide.

Les combinaisons sans manches sont généralement fabriquées de néoprène de 3 mm (et souvent de 2 mm dans le bas des jambes). Cette épaisseur offre assez de chaleur et de protection si vous tombez involontairement dans l’eau froide et assez de légèreté pour une combinaison à porter à l’extérieur de l’eau durant un été typique et les intersaisons au Canada.

Les pagayeurs peuvent aussi porter un short, un pantalon et une veste en néoprène. Tous ces vêtements offrent assez de polyvalence pour assurer une bonne chaleur sans restreindre la mobilité.

Une combinaison isothermique bien ajustée

Il est crucial d’avoir une combinaison isothermique bien ajustée afin que celle-ci soit efficace. Pour empêcher les entrées d’eau, votre combinaison doit être le plus ajustée possible sans toutefois restreindre la mobilité. Une combinaison mal ajustée formera des plis dans le tissu, notamment derrière les genoux et sous les bras. Une combinaison intégrale devrait être bien ajustée aux poignets et aux chevilles, et vous devriez avoir un peu de mal à l’enfiler.

Toutefois, une combinaison sera trop serrée si :

  • vous ressentez une douleur;
  • vous ne pouvez pas bouger librement vos bras ou vos jambes;
  • elle remonte au niveau de l’entrejambe (un signe que la combinaison est trop courte).

« Couvrez vos pieds d’un sac en plastique pour mieux enfiler une combinaison. À mesure que vous l’enfilez, étirez bien le tissu sur les jambes avant d’attaquer le haut du corps.

Ne touchez pas la combinaison avec vos ongles, car vous risquez de l’entailler. Pour un ajustement parfait, faites en sorte qu’il n’y ait de plis nulle part. »

– Antonio L., de Surf the Greats, un partenaire de Génération plein air MEC

Caractéristiques à considérer

Lorsque vous magasinez une combinaison isothermique, vous verrez que les glissières et les coutures sont placées à différents endroits, et certaines de ces caractéristiques influent le prix. Voici quoi retenir à propos de certaines caractéristiques de fabrication :

Glissières des combinaisons isothermiques

Les endroits où sont placées les glissières peuvent avoir une incidence sur la capacité thermique de la combinaison et détermineront aussi jusqu’à quel point il est facile ou non de l’enfiler et de la retirer.

Glissière pleine longueur à l’avant : Elle rend une combinaison très facile à enfiler, mais plus encline aux entrées d’eau. La glissière pleine longueur à l’avant peut être très inconfortable pour les surfeurs puisqu’ils passent beaucoup de temps à plat ventre sur la planche à nager.

Glissière dorsale : Elle n’est pas aussi conviviale que la glissière à l’avant, mais elle résiste mieux aux entrées d’eau; la plupart des combinaisons isothermiques sont dotées de glissière dorsale. Normalement, cette glissière relie la base de la colonne vertébrale au col. La tirette est aussi dotée d’une longue sangle afin que vous puissiez la fermer la combinaison vous-même.

Glissière à la poitrine : Comparée aux autres modèles, cette glissière sera un peu plus difficile à fermer durant les premières utilisations, mais le processus deviendra rapidement naturel. Les glissières à la poitrine présentent deux principaux avantages par rapport aux glissières dans le dos : elles sont plus résistantes aux entrées d’eau et favorisent la mobilité, car l’arrière de la combinaison est fait d’un panneau uniforme en néoprène (qui est extensible, contrairement aux glissières). Les combinaisons de qualité supérieure présentent souvent une glissière à la poitrine.

Coutures

La façon dont les panneaux de néoprène sont joints peut influer sur la performance et le confort d’une combinaison isothermique :

Coutures plates (flatlock: Ce type de coutures se trouvent souvent sur les combinaisons d’entrée de gamme. Elles ne sont pas totalement étanches, mais elles conviennent aux combinaisons isothermiques et aux accessoires en néoprène conçus pour les eaux plus chaudes. On les reconnaît par leurs points croisés visibles à l’extérieur et à l’intérieur de la couture.

Coutures à points invisibles et collées : Les combinaisons conçues pour l’eau froide comportent souvent ce type de coutures. Les bords de chaque panneau de néoprène sont collés ensemble, puis cousus avec des boucles qui ne passent pas à travers la surface externe. Les coutures intérieures sont généralement renforcées avec du ruban. L’absence de trous permet de maintenir l’imperméabilité naturelle du néoprène, ce qui permet de préserver considérablement la chaleur.

Coutures soudées (avec joints liquides) : Ces coutures se retrouvent sur les combinaisons haut de gamme. Étanches à l’air et très discrètes, les coutures soudées procurent chaleur, imperméabilité et confort optimal.

Accessoires pour combinaisons isothermiques

Surfer wearing hood, gloves, booties and wetsuit on a wave

Il existe quelques accessoires en néoprène qui peuvent vous aider à rester dans l’eau plus longtemps. Certains sont utiles, alors que d’autres sont carrément indispensables lorsque la température de l’eau chute sous les 10°C.

Cagoules

Les cagoules peuvent faire une différence considérable dans l’eau et l’air froids. Généralement, les cagoules sont dotées d’un col en néoprène (bib ou dickie) qui se glisse sous le col de votre combinaison pour minimiser les entrées d’eau. Même si elles ne sont pas aussi efficaces que les combinaisons dotées d’un capuchon intégré, les cagoules constituent une solution économique pour optimiser votre combinaison intégrale 4-3. Un rebord empêche l’eau de couler dans vos yeux.

Gants et bottillons

Les mains et les pieds nus s’engourdissent rapidement dans l’eau froide (ce qui gâche nettement le plaisir). Les bottillons gardent vos pieds au chaud en plus d’offrir une protection contre les roches aiguisées et les cailloux dans le fond marin et sur le rivage. Plus la semelle est épaisse, plus vos pieds seront au chaud. Toutefois, des semelles plus rigides et plus minces permettent de mieux sentir une planche ou le relief du fond marin que des bottillons de 5 mm d’épaisseur, par exemple. S’il fait vraiment froid, optez pour des mitaines plutôt que des gants.

« Les chevilles de votre combinaison doivent couvrir vos bottillons, alors que les poignets de l’habit doivent couvrir vos gants ou vos mitaines. Roulez les manches de votre combinaison avant d’enfiler vos gants afin de les dérouler facilement sur le dessus de vos gants.

Pour enfiler la seconde mitaine, demandez l’aide d’un partenaire de surf ou d’une personne dans le stationnement. »

– Antonio L. de Surf the Greats, un partenaire de Génération plein air MEC

Maillot de surf

Un maillot de surf se porte souvent seul pour le surf ou le kayak en eau chaude. Vous pouvez aussi en porter un sous une combinaison pour vous protéger contre l’irritation et ajouter un peu de chaleur à n’importe quel modèle de combinaison.