How to choose a kayak paddle

Pagaies de kayak d'expédition et de plaisance

Longueurs

Les pagaies mesurant de 220 à 225 cm conviennent à la plupart des kayakistes. Toutefois, plusieurs facteurs vont influencer le choix d’une pagaie : style du pagayeur, largeur de l’embarcation, longueur du torse et des bras. La meilleure façon de choisir une pagaie demeure encore de l’essayer. Lors de vos sorties en groupes, empruntez des pagaies de différentes longueurs afin de comparer leur performance. N’oubliez pas de tenir compte des variations relatives aux pales (dimensions et forme) pour que votre comparaison soit juste.

Vous devrez peut-être opter pour une pagaie plus courte (210 à 215 cm) si :

  • La pale dépasse votre tête lorsque vous donnez un coup de pagaie (vertical)
  • La largeur de votre kayak est inférieure à 56 cm (22 po)
  • Vous mesurez moins de 1,65 m (5,5 po)

À l’inverse, vous devrez peut-être opter pour une pagaie plus longue (230 à 235 cm) si :

  • La pale arrive au niveau de votre tête ou plus bas lorsque vous donnez un coup de pagaie (horizontal)
  • La largeur de votre kayak dépasse 61 cm (24 po), comme la plupart des kayaks tandem
  • Vous êtes plus grand que la moyenne

Forme des pales

Presque toutes les pales de kayaks récréatifs sont asymétriques, c’est-à-dire que les parties séparées par l’axe du manche sont de forme différente. Ainsi, lorsque la pale pénètre dans l’eau dans le bon angle, la superficie des surfaces submergées est la même de chaque côté de l’arête centrale, ce qui limite le pivotement de la pagaie et permet une prise d’eau équilibrée.

Il existe plusieurs formes de pales asymétriques, allant de celles qui sont ovales et larges à celles qui sont longues et étroites. Le profil de la coupe, quant à lui, peut être presque plat, en dièdre (côtés inclinés) ou profilé (arête incurvée).

  • Les pales petites et larges favorisent les mouvements rapides et puissants.
  • Les pales longues et étroites plongent profondément dans les eaux bouillonnantes pour procurer un meilleur effet de levier. De plus, elles résistent bien au vent, facilitent les voyages sur de longues distances, même lorsque la pagaie n’est pas croisée (voir ci-dessous). Toutefois, ces pales ne pardonnent pas durant les appuis ou les esquimautages si l’angle d’appui n’est pas parfait.
  • Les pales profilées ont une arête supérieure incurvée qui cueille l’eau pour maximiser la puissance et la vitesse de la poussée. Cependant, les kayakistes qui les utilisent doivent maîtriser une technique pointue qui nécessite un minimum de pratique. Les pales profilées ont la cote auprès des kayakistes d’expédition qui développent beaucoup de puissance, des pagayeurs qui privilégient l’entraînement et des adeptes de course.
  • Les pales en dièdre présentent une section inclinée de chaque côté de l’arête centrale sur leur face propulsive (le côté de la pale qui pousse l’eau). La forme en dièdre favorise un écoulement plus uniforme de l’eau sur la pale en plus de réduire le vacillement, ce qui demande moins d’effort de la part du pagayeur.

Dimensions des pales

Tout comme la longueur du manche, la grandeur de la pale influe sur le transfert de puissance et sur l’effort sollicité. Conçue pour une utilisation à des angles verticaux, une pale large offre une plus grande résistance à l’eau. Ce type de pale gagne la faveur des adeptes de coups de pagaie intenses.

Les pales étroites exigent moins d’effort, mais donnent un coup de pagaie moins puissant. De plus, il est nécessaire de pagayer à une cadence plus élevée pour atteindre une vitesse donnée. Ce type de pale réduit la tension au niveau des poignets et des épaules, notamment lorsque la charge du kayak est lourde. Les pales étroites sont généralement conçues pour une utilisation à des angles presque horizontaux.

Manches

Manches droits sont plus économiques et résistants que les manches ergonomiques pour un poids donné. Certains kayakistes jugent aussi qu’ils permettent un meilleur ajustement de l’angle de la pale lors des appuis, des appels et des manœuvres à l’aveugle comme l’esquimautage.

Les manches ergonomiques sont dotés de courbures qui permettent une position plus naturelle des poignets, réduisant du coup les risques de blessures. Toutefois, en raison de leur forme complexe, ils sont plus dispendieux et soit plus lourds ou moins résistants que les manches droits, selon les matériaux utilisés par les fabricants.

Un manche asymétrique comporte des sections de forme ovale qui se différencient des sections rondes à la jonction des pales. Ce type de manche est plus confortable en plus de permettre une prise et un contrôle plus efficaces de la pagaie. Un autre avantage est la facilité de reconnaître l’orientation des pales durant les manœuvres à l’aveugle, par exemple durant l’esquimautage. Certaines pagaies présentent également des manches dotés d’un appuie-main, un renflement facilitant le positionnement de la main de contrôle.

Viroles et angle de croisement

Dans une perspective de performance, les pagaies monopièces sont idéales. Elles sont légères, solides et ne comportent aucune pièce mobile qui risque de se briser. Toutefois, la plupart des pagaies d’expédition sont démontables pour en faciliter l’entreposage et le transport en plus d’offrir la possibilité de les monter avec ou sans angle de croisement.

Les viroles sont les bagues (parfois en carbone ou en fibre de verre) servant à unir les sections des pagaies démontables. Il existe différents types de viroles, du modèle de base à bouton-poussoir aux raccords complexes. Plus une pagaie compte de viroles, plus de sections elle comporte et par conséquent, plus facile elle sera à ranger et à transporter.

Il est à noter que les viroles ajoutent au poids des pagaies en plus d’être une source potentielle de problèmes. Elles peuvent se coincer en raison d’une trop grande accumulation de saleté ou se relâcher par suite d’usure, généralement le résultat du frottement entre les surfaces (accentué par les résidus de sable et de sel). Une virole neuve qui n’est pas bien ajustée risque également de se relâcher plus rapidement.

L’angle de croisement correspond à l’angle qui existe entre des pales qui ne sont pas sur le même plan. Les pales parallèles sont dites « en drapeau », alors que celles qui n’ont pas la même orientation sont dites « croisées ». Certains kayakistes affirment que les pagaies à pales croisées résistent bien au vent. Elles risquent cependant de provoquer des blessures aux poignets si le manche est agrippé trop fermement.

Les pagaies monopièces ont un angle de croisement fixe, que leurs pales soient croisées ou en drapeau. Les pagaies démontables dotées d’une virole médiane, quant à elles, peuvent être assemblées avec ou sans angle de croisement. Le type de virole détermine l’angle de croisement. Dans le cas des viroles à bouton-pression, l’angle de croisement peut être prédéfini (variant entre 60 et 75 degrés) ou ajustable par incréments de 15 degrés (ou un peu plus). Certaines viroles ne peuvent être ajustées que pour une seule main de contrôle, la droite (la main de contrôle étant celle qui effectue une rotation servant à orienter les pales croisées).

Matériaux

Les pagaies de bois ont toujours la cote des kayakistes qui aiment leur légèreté, leur impression de chaleur pour les mains et leur flexibilité même si elles nécessitent un entretien occasionnel. Les pagaies en bois sont d’une part plus pesantes que celles en fibre composite, mais d’autre part, plus légères que celles en plastique ou en aluminium. Elles amortissent aussi très bien les chocs.

 

Les pagaies de bois laminé sont constituées de plusieurs morceaux de bois laminés et fermement collés ensemble qui leur procurent une bonne rigidité. Une pagaie de ce type est plus puissante qu’une pagaie confectionnée à partir d’un seul morceau de bois, mais elle est moins résistante aux chocs. Plus le nombre de couches de laminé est élevé, plus votre pagaie sera solide et son prix élevé.

 

Les pagaies de fibre composite sont fabriquées à partir de fibre de verre ou de carbone imprégné de résine. Elles pénètrent plus facilement dans l’eau puisqu’elles peuvent être confectionnées beaucoup plus minces que les pagaies fabriquées avec d’autres matériaux.

 

Les pagaies de fibre de verre sont légères et offrent une certaine flexibilité.

 

Les pagaies de carbone sont extraordinairement résistantes et légères, et elles permettent d’accroître la puissance d’accélération tout en minimisant le risque de luxer ses articulations. Certains fabricants combinent le carbone et la fibre de verre pour trouver un équilibre parfait entre légèreté, rigidité et souplesse. En général, le prix d’une pagaie est proportionnel à sa teneur en carbone.

 

Les pagaies de plastique qu’il s’agisse de polypropylène, de polyéthylène ou de nylon, sont durables et exigent très peu d’entretien. Elles sont toutefois plus lourdes que les pagaies de fibre composite. Les pagaies comportant des pales de plastique et un manche en aluminium constituent une option solide et abordable pour jouer en zones rocailleuses ou comme pagaies de rechange.

Autre caractéristique

Les anneaux paragouttes empêchent l’eau de couler le long du manche jusqu’à vos mains et vos bras. La plupart des pagaies sont munies d’anneaux paragouttes. Ceux-ci sont également vendus séparément.

Magasinez : les avirons et pagaies