Person indoor climbing

L’ABC de l’escalade

Imaginez votre soirée de jeudi prochain. Où êtes-vous ? Que faites-vous ? Êtes-vous dans un centre d’escalade intérieure ? Après avoir lu ce guide, peut-être bien que oui.

La pratique de l’escalade offre une foule d’avantages. Grâce à ce sport accessible aux personnes de pratiquement tous les âges et de tous les niveaux, vous pourrez faire de l’exercice tout en socialisant et en laissant aller votre créativité. Pour vous aider dans vos débuts, voici cinq étapes faciles à suivre :

  1. Sachez à quoi vous attendre : Un indice : mettez vos jambes à contribution.
  2. Choisissez un type d’escalade : Le bloc, l’escalade sportive, à l’intérieur, à l’extérieur…
  3. Renseignez-vous au sujet des cours d’initiation : Ils sont géniaux pour les débutants.
  4. Familiarisez-vous avec le jargon : Apprenez quelques termes d’escalade avant de commencer.
  5. Équipez-vous : Trouvez le matériel de base requis.

1. Sachez à quoi vous attendre

Contrairement à ce que le néophyte pourrait croire, pas besoin d’avoir le haut du corps incroyablement développé pour commencer à grimper. Mieux vaut vous avertir tout de suite : la technique vous servira mieux que la force seule. Portez une attention particulière à vos mouvements, à votre équilibre et à la façon dont vous placez vos pieds sur les prises. Regardez la gestuelle des autres grimpeurs – ces observations vous aideront beaucoup à apprendre la technique. Rappelez-vous que les muscles du bas de votre corps sont beaucoup plus gros et beaucoup plus forts que ceux du haut du corps; profitez-en pour les mettre à contribution le plus possible. C’est normal que vos mains soient un peu sensibles les premières fois que vous grimpez, mais vous vous habituerez rapidement à la texture des prises.

L’escalade est une activité très inclusive, donc idéale pour les débutants. Les grimpeurs de tous les niveaux sont accueillants en général, et vous risquez de vous faire de nouveaux amis. Ça vient avec le sport.

« L’escalade convient bien aux athlètes humbles, qui sont un peu en marge de la société ou à l’extérieur de la sphère des sports traditionnels – des gens au physique et au parcours différents les uns des autres (et qui réussissent très bien à tirer leur épingle du jeu). » – Sarah et Derick Smith, boursiers MEC et entraîneurs au Annapolis Valley Climbing Club de Nouvelle-Écosse

2. Choisissez un type d’escalade

Si vous n’avez encore jamais grimpé, vous avez avantage à vous initier au sport dans un centre d’escalade intérieure. Le Canada compte de nombreuses salles partout au pays, ce qui vous permet de grimper à longueur d’année. Vous pouvez faire du bloc seul dans un gym, mais si vous voulez faire de l’escalade sportive, vous aurez besoin d’un partenaire. Avant de commencer, il est utile de distinguer les différents types de grimpe :

LE BLoC

woman bouldering

Pas besoin de corde ni de harnais pour faire du bloc, et vous pouvez le pratiquer à l’intérieur comme à l’extérieur. Vous grimpez près du sol, qui est couvert de matelas épais pour absorber votre chute. Plusieurs salles disposent d’aires réservées au bloc, alors que d’autres se spécialisent carrément dans cette discipline. C’est toujours plus agréable de grimper avec des amis, mais vous n’avez pas besoin de partenaire pour pratiquer ce type d’escalade à l’intérieur (c’est une autre histoire à l’extérieur).

La moulinette

La pratique de la moulinette constitue un bon point de départ lorsque vous vous initiez à l’escalade sportive. Vous pourrez vous concentrer à perfectionner votre technique sans craindre les grosses chutes, puisque la corde est attachée à un ancrage dans le haut du mur. C’est l’assureur qui a le rôle de vous retenir quand vous tombez et de vous redescendre jusqu’au sol une fois la voie complétée. Généralement, on commence à grimper en moulinette à l’intérieur, mais la pratique de la moulinette à l’extérieur est également très répandue.

L’escalade sportive (premier de cordée)

L’ambassadeur MEC Joshua Lavigne grimpe une voie d’escalade sportive. Vous pouvez voir les plaquettes fixées à la paroi.

Lorsque vous grimpez en premier de cordée, vous utilisez des plaquettes qui ont préalablement été fixées à la paroi. Comme pour la moulinette, vous aurez besoin d’un harnais et d’un assureur, mais ce n’est pas tout. En suivant une voie prédéterminée, vous devrez placer des dégaines (deux mousquetons tenus ensemble par une sangle) dans les plaquettes fixées à la paroi pour vous protéger en cas de chute pendant l’ascension. Ce type d’escalade convient davantage aux grimpeurs expérimentés. En effet, lors d’une chute, vous tomberez plus bas qu’en moulinette puisque la corde n’est pas attachée dans le haut du mur.

Si vous grimpez en premier de cordée à l’intérieur, vous utiliserez probablement des dégaines qui sont déjà fixées au mur.

L’escalade traditionnelle (le trad)

woman placing climbing protection

L’ambassadrice MEC Sarah Hart place un coinceur dans une voie d’escalade traditionnelle.

Les origines de l’escalade. Lorsque vous grimpez en trad, il n’y a aucune plaquette fixe sur la paroi. Vous devez donc transporter votre matériel de protection (des « coinceurs ») et le placer vous-même dans les fissures naturelles et les failles du rocher pour vous protéger en cas de chute. Vous pouvez retirer vous-même les coinceurs en descendant (on dit « déséquiper une voie » dans le jargon) ou laisser votre partenaire seconder la voie en retirant les coinceurs lors de l’ascension.

Comme vous placez vous-même toutes les protections avec le matériel que vous apportez, vous devez acquérir des compétences et cumuler de la pratique avant de vous aventurer dans des voies de trad. Ce type d’escalade est davantage en harmonie avec les principes du Sans Trace, puisqu’il n’y a aucun matériel qui reste en permanence sur la paroi.

3. Renseignez-vous au sujet des cours d’initiation

L’escalade est un sport très social. Évidemment, si vous faites de l’escalade sportive ou du trad, vous aurez besoin d’un partenaire de grimpe. Mais même si vous faites du bloc en solitaire, vous finirez probablement par socialiser avec d’autres grimpeurs au cours de la journée. Si vous n’avez pas d’amis qui font de l’escalade, ne vous en faites pas. Ce n’est qu’une question de temps.

La plupart des centres d’escalade offrent des cours d’initiation, qui constituent une excellente façon d’apprendre les rudiments du sport en compagnie d’autres débutants. Et si vous avez des amis qui s’intéressent aussi à l’escalade, incitez-les à suivre un cours avec vous !

Vous avez acquis de l’expérience à l’intérieur et vous vous préparez à vous aventurer dehors ? Pensez à embaucher un guide puisque la pratique du sport à l’extérieur est bien différente. Le guide pourra vous fournir tous les conseils et l’information dont vous avez besoin, en plus de vous faire découvrir les meilleurs endroits où grimper et de répondre à toutes vos questions. Informez-vous auprès de votre centre d’escalade : les membres du personnel pourront certainement vous aider à trouver une personne qualifiée.

Pendant votre période d’apprentissage, il est également important de célébrer les petites victoires et de vous fixer des objectifs personnels.

« La définition du succès est différente pour chacun. Ça peut être travailler une voie exigeante, gagner une compétition locale ou tout simplement réussir les premiers mouvements d’un problème ou d’une voie. Ne vous empêchez pas d’essayer parce que vous pensez ne pas y arriver. Les petites victoires offrent parfois autant de satisfaction que l’atteinte des plus hauts sommets. » – Kate Stewart, boursière Génération Plein air

de Canadian Adaptive Climbing

4. Apprenez le jargon et les cotes

Si vous avez lu quelques articles d’escalade, vous vous demandez probablement ce que signifie « enchaîner » dans le jargon. Voici une liste qui vous aidera à vous familiariser avec les termes clés du monde de la grimpe.

  • Assurer : Le fait pour vous ou votre partenaire d’escalade d’utiliser un assureur pour contrôler le mouvement de la corde. La personne qui assure donne de la corde au grimpeur au fur et à mesure (ou elle « avale le mou » lorsque vous grimpez en moulinette).
  • Beta : Toute information concernant une voie ou un problème de bloc, que ce soit au sujet des prises de pieds ou de mains, ou encore de la séquence de mouvements à exécuter.
  • Crux : Séquence de mouvements la plus difficile d’une voie.
  • Jeté (ou dyno) : Mouvement dynamique vers une prise située trop loin pour vous rendre de façon statique. Vous devez utiliser votre élan pour sauter d’une prise à l’autre.
  • Réglette, plat, inversée, pincette, pochette : Types de prises que vous apprendrez à connaître et à adorer. Certaines vous plairont plus que d’autres…
  • Pompe : Sensation d’enflure dans les avant-bras après un effort particulièrement exigeant (tentez de l’éviter le plus possible).
  • Problème : Ensemble des mouvements que vous devez exécuter pour vous rendre au sommet d’un bloc.
  • Projet : Une voie que vous devez essayer encore et encore, jusqu’à ce que vous la réussissiez sans tomber. C’est un peu comme tenter de passer au prochain niveau dans un jeu vidéo.
  • Enchaîner : Grimper une voie du début à la fin sans tomber. En bloc, on utilise plutôt le verbe « réussir ».

Les cotes d’escalade

Des cotes de 1 à 10, ce serait trop facile. En Amérique du Nord, les voies sont classifiées selon le Yosemite Decimal System, une échelle de 5.0 à 5.15 (on dit « cinq zéro » et « cinq quinze », sans prononcer le point). De leur côté, les problèmes de bloc sont cotés de V0 à V17. Selon ces échelles, plus le nombre est élevé, plus la voie ou le problème est difficile. Donc, si 5.15 représente une paroi déversante, 5.0 ou V0, c’est l’équivalent d’une échelle.

Sachez que les cotations sont très subjectives. Vous allez peut-être grimper une voie en 5.8 sans problème, puis avoir beaucoup de difficulté dans une 5.6. Votre partenaire de bloc réussit peut-être facilement la plupart des V4, mais il devra déployer beaucoup d’efforts dans un certain V2. Plusieurs éléments entrent en ligne de compte lors de la cotation d’une voie ou d’un bloc, comme le type de roche, l’angle de la paroi, la grosseur et la texture des prises, et la partialité de l’ouvreur. Mieux vaut ne pas voir les cotes comme des niveaux à atteindre. Concentrez-vous plutôt sur votre technique et votre gestuelle de grimpe.

Au-delà de 5.9, les cotes se divisent en sous-catégories représentées par « a », « b », « c » ou « d » afin de mieux définir le degré de difficulté des voies.

Jetez un coup d’œil à ce tableau de conversion des cotes pour en apprendre davantage au sujet des systèmes de cotation ailleurs dans le monde.

5. Équipez-vous

Le type d’escalade que vous pratiquez déterminera le matériel dont vous avez besoin. Pendant votre période d’apprentissage, vous pouvez facilement louer du matériel au gym (certains centres d’escalade exigent cependant que vous apportiez votre propre corde lorsque vous commencez à grimper en premier de cordée).

Si vous pensez grimper plus que deux ou trois fois, procurez-vous d’abord une paire de chaussons adaptés à vos pieds. Ils vous aideront à mieux sentir les prises, et vous risquez ainsi de vous améliorer plus rapidement. Pas besoin de porter des chaussettes dans vos propres chaussons, mais il est fortement conseillé d’en mettre dans des chaussons loués).

Les chaussons d’escalade sont plus abordables qu’on le pense. Il existe une tonne de modèles pour débutants à moins de 150 $ et qui devraient vous durer longtemps. Consultez aussi les annonces du Grand Marché MEC; vous pourriez trouver une paire légèrement usagée. Avant d’acheter des chaussons neufs, lisez nos conseils sur l’art de choisir des chaussons d’escalade.

Vous aurez besoin davantage de matériel quand les choses deviendront plus techniques. MEC offre un rabais de 10 % lorsque vous achetez plusieurs articles d’escalade du même coup, ce qui est parfait pour les nouveaux grimpeurs. Votre portefeuille vous en sera reconnaissant.

Les vêtements pour grimper

Lorsque vous vous habillez pour grimper, optez pour des vêtements longs et confortables. Vos genoux risquent d’effleurer (ou peut-être même de se cogner) contre le mur, alors enfilez un short long ou un pantalon pour vous protéger contre les égratignures et les coupures. En règle générale, mieux vaut choisir des vêtements confortables et extensibles. Évitez les coupes trop amples qui pourraient limiter vos mouvements. Sachez également que tout ce que vous portez pendant votre séance d’escalade se couvrira inévitablement de magnésie – signe que vous vous êtes bien amusé.

N’oubliez pas d’attacher vos cheveux s’ils sont longs et d’enlever vos bagues et autres bijoux qui pourraient s’accrocher dans les prises.

En prime : les règles non écrites

Voici quelques règles d’étiquette en escalade qui vous aideront à mieux vous intégrer.

Ne gâchez pas le plaisir des autres : Tout comme on s’efforce de ne pas dévoiler la fin d’un film à ceux qui ne l’ont pas encore vu, ne donnez pas de beta non sollicité.

Ajustez le volume de votre voix selon les circonstances : Vous parlerez en général plus fort à l’intérieur qu’à l’extérieur. Lorsque vous grimpez dans un gym, vous pouvez discuter avec des amis, et la plupart des centres d’escalade font même jouer de la musique. Dehors, l’ambiance est parfois un peu différente. Vous entendrez peut-être des chiens japper et des personnes parler et encourager leur partenaire qui grimpe. À d’autres moments, les grimpeurs sont davantage absorbés par la sérénité de leurs mouvements sur la roche et n’ont pas envie de discuter ou d’écouter de la musique. Peu importe où vous grimpez, portez attention à l’ambiance et ajustez-vous en conséquence.

La courtoisie d’abord : Ne commencez pas à grimper une voie ou un problème au même moment qu’une autre personne à côté de vous. Ne prenez pas trop votre temps à grimper une voie, alors que d’autres personnes attendent leur tour. En tenant compte des autres au gym ou à la paroi et en faisant preuve de courtoisie, vous vous intégrerez plus facilement au monde des grimpeurs.

Vous êtes maintenant prêt à enchaîner votre première voie.