People putting on sunscreen on the beach

Protection contre le soleil

Après un long hiver, notre premier réflexe est de profiter le plus possible du soleil. Toutefois, la surexposition aux rayons ultraviolets (UV), ainsi que les coups de soleil fréquents et graves augmentent les risques de cancer de la peau. Les personnes ayant le teint clair, des taches de rousseur ou des grains de beauté sont encore plus à risque, et les enfants sont plus susceptibles que les adultes de subir des dommages à long terme en raison de leur peau mince et sensible.

Il ne s’agit pas de vous encabaner – rien n’est plus agréable que de passer sa journée dehors par une magnifique journée –, mais les rayons (UV) peuvent être dangereux. Vous devez donc prendre des précautions pour bien vous protéger, notamment porter des vêtements offrant une protection solaire, appliquer un écran solaire et connaître les périodes où le rayonnement solaire est le plus néfaste.

Vêtements offrant une protection solaire

Mom and child on the beach wearing sun protective clothing

Porter un bikini fait de matériaux résistants aux rayons solaires ne vous protégera pas beaucoup puisqu’il ne couvre qu’une partie de votre corps. Quand il est question de protection solaire, couvrir le corps est essentiel. Les chapeaux à large bord, les manches longues et les shorts longs sont tous des moyens efficaces pour minimiser votre exposition au soleil. Toutefois, gardez en tête que tous les matériaux ne sont pas égaux.

FPRUV des vêtements

Pour savoir si un vêtement offre une bonne protection solaire, vous devez vérifier le FPRUV (facteur de protection contre les rayons ultraviolets). Le Canada n’a pas établi ses propres normes en matière de protection solaire. MEC a donc choisi volontairement de s’appuyer sur la norme australienne/néo-zélandaise en matière de vêtements offrant une protection solaire (AS/NZS 4399) pour certains des vêtements de marque MEC afin de vous donner une idée du degré de protection qu’ils offrent. En règle générale, plus le FPRUV est élevé, meilleure est la protection contre les rayons UV.

Norme de FPRUV AS/NZS 4399 et degré de protection que les facteurs indiquent :

FPRUV Classification relative à la protection contre les rayons UV Pénétration réelle des rayons UV ≤ (en %)
15 Protection minimale 6,7
30 Bonne protection 3,3
50, 50+ Excellente protection 2

Le FPRUV va de 15 à 50+ selon le pourcentage de rayons UV bloqués.

  • Par exemple, si un chandail à manches longues présente un facteur de 30, cela signifie qu’il laisse passer un trentième des rayons ultraviolets (3,3 %) jusqu’à votre peau.
  • Un simple t-shirt blanc en coton présente un FPRUV d’environ 5 lorsqu’il est sec; cela signifie qu’il laisse passer 20 % des rayons UV.
  • En général, les vêtements qui couvrent davantage la peau et dont le tissage ou le tricot est plus serré offrent une meilleure protection contre les rayons UV.
  • Les vêtements endommagés, usés, mouillés ou étirés sont moins efficaces pour vous protéger du soleil.

En raison de leur structure de polymère, les fibres synthétiques comme le polyester, le nylon, l’élasthanne Spandex et l’acrylique protègent mieux des rayons UV que les fibres naturelles comme la laine, le coton et le lin.

Certains vêtements offrant une protection contre les rayons UV sont aussi traités avec divers composés, des agents d’azurage ou des résines qui absorbent ou reflètent les rayons UV. MEC exige que ces matériaux soient préconditionnés conformément à la norme D6544 de l’ASTM International avant de tester la durabilité à long terme du traitement contre les rayons UV. Selon l’ASTM International, un vêtement traité pour protéger du soleil doit subir l’équivalent de quarante lavages, deux ans d’exposition à la lumière du soleil et être mis en contact avec de l’eau chlorée (dans le cas des maillots de bain) dans des conditions simulées.

Écran solaire et FPS

Adult applying sunscreen to a child's arm

Vous avez sans doute remarqué que les indices de protection solaire des vêtements ressemblent à ceux des écrans solaires. Toutefois, les deux systèmes sont différents.

Le FPS (facteur de protection solaire) indique le temps que met la peau d’une personne à rougir lorsqu’elle est exposée au soleil. Ce système est donc axé sur les effets superficiels des rayons UVB. À l’heure actuelle, il n’existe pas de norme pour tester la capacité des écrans solaires à bloquer les rayons UVA qui sont plus pénétrants, même si certaines marques prétendent offrir une protection « à large spectre » contre les rayons UVA et UVB. De nombreux professionnels recommandent tout de même l’utilisation d’un produit à large spectre à titre préventif.

Il est aussi intéressant de souligner que le FPS des vêtements demeure relativement constant au fil du temps, malgré l’usure normale de ces derniers. Par contre, l’efficacité des écrans solaires est compromise par des éléments comme la transpiration, la nage et le fait de s’essuyer avec une serviette. On doit donc en appliquer régulièrement.

D’autres points importants au sujet des écrans solaires :

  • La plupart des gens ont intérêt à utiliser un écran solaire avec un FPS de 15 ou plus.
  • Les écrans solaires présentant un FPS de 15 bloquent environ 93 % des rayons UVB alors qu’un FPS de 30 en bloque environ 97 %. La Société canadienne du cancer recommande d’utiliser un écran avec FPS de 30 ou plus.
  • Un écran solaire ne devrait jamais être appliqué sur la peau d’un bébé de moins de 12 mois; vous devriez plutôt garder les jeunes enfants à l’ombre, avec un chapeau et des vêtements.
  • L’écran solaire doit être appliqué environ une demi-heure avant l’exposition au soleil ou l’application d’un insectifuge.
  • L’écran solaire devrait être réappliqué aux deux heures, quelles que soient les indications sur l’étiquette. Pour les grimpeurs ou les athlètes d’endurance qui ne peuvent s’arrêter toutes les deux heures, nous leur recommandons d’utiliser un produit ayant un FPS de 45 ou de 60, offrant une charge chimique initiale plus grande et ainsi un degré de protection légèrement plus élevé.

Rayons UV : ce que vous devez savoir

Les rayonnements visibles et invisibles du soleil présentent des longueurs d’onde différentes; plus la longueur d’onde est courte plus le rayonnement est intense, le rayonnement ultraviolet étant le plus intense. Il existe trois types de rayonnement ultraviolet : les UVA, UVB et UVC. Parce que les rayons UVC sont absorbés par l’atmosphère avant d’atteindre la terre, nous nous préoccupons surtout des rayons UVA et UVB.

Rayons UVA et UVB

Les rayons UVA constituent la majorité du rayonnement ultraviolet (environ 95 %). Ils pénètrent dans la couche profonde de la peau, endommageant ses structures et causant son vieillissement prématuré. Ils contribuent aussi au développement de certains cancers de la peau, qui représentent les types de cancers les plus courants. Les rayons UVA sont relativement constants toute l’année, pendant les heures d’ensoleillement.

Les rayons UVB sont environ 1000 fois plus forts que les rayons UVA. Ils endommagent la couche externe de la peau. Ils sont responsables des coups de soleil et du vieillissement extérieur de la peau en plus d’être étroitement liés au développement du cancer et des cataractes. Contrairement au rayonnement UVA, le rayonnement UVB varie selon les saisons, le lieu et l’heure du jour. Il est plus fort à la mi-journée, soit de la fin de la matinée et au début de l’après-midi, lorsque l’angle du rayonnement solaire avec la surface de la Terre est le plus direct.

Pour vous protéger des rayons UV

Woman applying sunscreen on a snowy mountain hike

Gardez cette information en tête quand vous planifiez une journée dehors :

  • En Amérique du Nord, les rayons du soleil sont les plus nocifs de 10 h à 16 h et d’avril à octobre.
  • Les skieurs, les randonneurs et les alpinistes doivent prendre en considération que le rayonnement UV augmente avec l’altitude (environ 10 % par 1000 m). L’écran solaire doit faire partie de vos 10 essentiels.
  • La neige fraîche peut refléter jusqu’à 94 % des rayons UV – ce qui double l’indice d’exposition. Il est donc important de vous protéger quand vous pratiquez des sports d’hiver, surtout par temps clair. En comparaison, l’eau et le gazon ont un potentiel de réflexion de 10 % et le sable, de 15 %.
  • La couverture nuageuse peut réduire la quantité de rayons UV qui atteint la surface de la Terre, mais cela dépend de son épaisseur. Or, cela est difficile à évaluer du sol. Ne laissez pas un ciel couvert vous induire un faux sentiment de sécurité.
  • La diminution de la couche d’ozone entraîne une augmentation de la quantité de rayons UV qui pénètre dans l’atmosphère. Au Canada, c’est vers la fin de l’été jusqu’à l’automne que la couche d’ozone est la plus mince.
  • Si vous prenez des médicaments, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien s’ils risquent d’augmenter votre sensibilité au soleil. Les antibiotiques – comme la doxycycline ou la tétracycline – que prennent de nombreuses personnes quand elles voyagent à l’étranger peuvent rendre plus vulnérable aux rayons UV. Les médicaments en vente libre, notamment les anti-inflammatoires comme le Advil et les antihistaminiques comme le Benadryl, peuvent entraîner une réaction de photosensibilité accrue.