Cyclist putting on a bike helmet

Casques de vélo

Accessoire essentiel pour tous les cyclistes, le casque de vélo protège la tête dans l’éventualité d’une chute. Il est fait d’une mousse dont la fonction est d’absorber l’énergie résultant d’un impact, exactement comme le fait la zone de déformation d’un véhicule. Comme cette dernière, cependant, le casque se brise lors d’un impact violent et doit alors impérativement être remplacé.

Points importants :

  • Assurez-vous que votre casque est de la bonne grandeur et ajustez-le de façon adéquate.
  • Le casque n’est pas un talisman contre les accidents : il ne vous protègera pas si vous le laissez accroché à votre guidon !
  • Une fois que vous avez porté votre casque pendant plusieurs années, ou s’il vous a protégé lors d’une chute violente, considérez qu’il a bien joué son rôle et que votre investissement est arrivé à son terme.

 Le casque à coquille ultramince

Le plus commun des casques de vélo. Constitué d’une mince couche de plastique semi-rigide collée ou liée à une structure en mousse de polystyrène expansé (PSE), il est léger et protège la partie supérieure de la tête en plus d’assurer une bonne aération et une excellente visibilité. Il est idéal pour :

Le casque à coquille rigide

Parfois appelé  » casque multisport « , est constitué d’une coque en plastique haute densité épais doublée d’une structure en mousse PSE. La coque offre une bonne protection contre les objets perforants comme les branches pointues et couvre davantage l’arrière et les côtés de la tête. Cette caractéristique est pratique pour les adeptes de tout-terrain, plus susceptibles de chuter de différentes façons. Les casques intégraux, quant à eux, protègent aussi les oreilles, les joues et la mâchoire. Les casques à coquille rigide sont parfaits pour :

  • Le style libre, la planche à roulettes et le BMX
  • Le vélo de descente, le style libre et les acrobaties (casque intégral)

Faire le bon choix

Une fois que vous avez déterminé le type de casque qui vous convient, deux critères importants doivent être pris en compte pour faire votre choix : l’ajustement et la certification.

Ajustement

L’efficacité d’un casque dépend d’un ajustement adéquat. À l’instar d’une ceinture de sécurité mal tendue, un casque mal ajusté sera à peu près inutile lors d’une chute violente. Assurez-vous donc que votre casque est de la bonne grandeur. Dans le cas des casques pour enfants, résistez à la tentation de les acheter plus grands que la tête de l’enfant dans l’espoir qu’ils durent plus longtemps. Ajustez votre casque conformément aux instructions ou demandez l’aide d’une personne compétente. Votre casque est bien ajusté si :

  • Il ne tombe pas sur votre nuque ni sur vos yeux.
  • Il ne bouge pas lorsque vous secouez la tête.
  • Il tient au centre de votre front, juste au-dessus des sourcils.
  • Les sangles sont bien ajustées et la boucle de jugulaire vous laisse suffisamment d’espace pour pouvoir ouvrir la bouche.

Certification

Plusieurs organismes ont établi des normes de sécurité en matière de casques de vélo. Avant d’acheter un casque, vérifiez qu’il est pourvu de l’étiquette autocollante d’une des organisations suivantes : CSA International, ASTM, CPSC ou Snell B90/B95.

L’étiquette de la Consumer Products Safety Commission (CPSC) est celle que l’on voit le plus souvent. En effet, tous les casques de vélo vendus aux États-Unis doivent être conformes aux normes de la CPSC. Ce n’est pas le cas au Canada, mais comme le marché canadien des casques de vélo est très petit comparé au marché américain, les normes CPSC sont devenues chez nous aussi la référence en matière de certification de casques de vélo. L’autocollant de la CPSC vous assure que le casque a été soumis à des tests rigoureux et offre une excellente protection lorsque porté selon les directives du fabricant.